www.media-web.fr

Injures envers Finkelkraut : l’ignorance rend notre pays fou

Fallait-il en faire une montagne de quelque chose qui relève de l’ignorance ? La chronique de Jean Goychman.

Traiter quelqu'un de "sioniste" ou d'antisémite ne constitue pas en soi un délit. Dans cette affaire "Finkelkraut", je ne comprends pas pourquoi la planète politique s'est enflammée avant d'avoir réfléchi.

Tout d'abord, il faut savoir que beaucoup de Juifs ne sont pas "sionistes ", c'est le cas de ma famille. On estime qu'au début du 20ème siècle, seuls 3% des Juifs d'Europe occidentale étaient sionistes. Les autres considéraient qu'ils faisaient partie du peuple du pays qui les avait accueillis. En ce sens, il faut être très prudent lorsqu'on voudrait assimiler l'antisionisme et l'antisémitisme, même si les "pros sionistes" font tout pour cela. (il parait même que certains voudraient voir déposer un projet de loi)

Dans le cas Finkelkraut (Abstraction faite des insultes insupportables-comme "sale", "grosse merde" et tout le reste, il m'a semblé qu'on l'accusait surtout d'être sioniste, mais pas du tout pour la raison que j’évoquais (débat interne entre Juifs) mais parce qu'il soutenait Israël.

J'ai également entendu le mot "antisémite". C'est vrai qu'un courant de pensée antisioniste qui s'est développé depuis le début du 20ème siècle (y compris en Israël), allait jusqu'à accuser certains sionistes d'être "antisémites" en raison du tort que leurs actions(notamment terroristes avec l'Irgoun) pouvaient créer à l'encontre des Juifs, notamment britanniques.

On peut mettre en doute le fait que les personnes à l'origine de ces cris, probablement infiltrés dans la manif des Gilets Jaunes aient eu cette vision des choses. Il est beaucoup plus vraisemblable qu'ils en voulaient à Finkelkraut d'avoir soutenu Israël dans le combat contre les Palestiniens et les Arabes en général. On peut, bien sûr, voir une forme d'antisémitisme dans tout cela, mais de là à y voir des relents de nazisme, qui permettraient de tacler le RN, tient plus du réflexe « Pavlovien » que de l'analyse objective.

20/02/2019 | 12 commentaires
Article suivant : « Emmanuel Macron : Jupitérien et prestidigitateur »

Vos commentaires

#1 - Le 21 février 2019 à 16h09 par Jean-louis Garnier, Saint-nazaire
Qu'est ce que la disparition d'Israël sinon un génocide des juifs qui y habitent? Ecrire le texte ci dessus 90 ans après le second pogrom d'Hébron, Israël n'existait pas alors, est insupportable
#2 - Le 21 février 2019 à 18h24 par breizh44, Pornichet
Etrange que media-web donne ici une tribune à un dirigeant du FN/RN sans clairement l’identifier. Son appartenance à ce parti explique bien sûr la tentative de minimiser la montée fulgurante de l’antisémitisme dans notre pays. Même si dans l’incident visant M. Finkielkraut les motivations partaient visiblement du conflit israélo-palestinien, la même chose n’est certainement pas vraie pour la profanation du cimetière près de Strasbourg, par exemple. Derrière ces actes on trouve sans aucun doute l’idéologie chère à l’extrême droite, et donc aussi au RN quoi qu’il dise. Inquiétant et honteux.

Rédaction : Ce sont les particularismes de l'indépendance et de la liberté, de donner la parole à tout le monde, à partir du moment où les propos ne sont pas haineux.
#3 - Le 22 février 2019 à 07h14 par breizh44, Pornichet
@ rédaction - je n'ai pas de problème avec le fait que vous laissiez ce monsieur exprimer son opinion. J'ai un problème avec le fait que vous cachez son rôle au sein du RN. Vous devez aux lecteurs cette information afin de pouvoir situer ses propos dans le contexte.
#4 - Le 22 février 2019 à 10h37 par jean goychman
M Jean Louis Garnier
Ce que je dis n'a rien à voir avec la destruction d'Israël. Je dis simplement qu'"courant de pensée anti-sioniste s'est développé chez les Juifs"
Lisez simplement la lettre de Ron Urz qui pose le problème
https://arretsurinfo.ch/american-pravda-juifs-et-nazis/
Vous admettrez qu'à sa lecture, certains (et pas uniquement Juifs), aient des doutes Il ne s'agit pas de contester l'Etat d'Israël, mais de dire que tous les Juifs ne sont pas sionistes. C'est la cas de ma famille.
#5 - Le 22 février 2019 à 10h56 par jean goychman
A breiz44
Mon appartenance politique n'a rien de secret et je n'en fais pas mystère. J'interviens en tant qu'issu d'une famille juive dont les membres ont toujours voulu "être Français avant d'être Juifs" Voir l'article:
https://www.minurne.org/billets/19950
J'ajoute que cette famille a été victime de la barbarie nazie, comme des millions d'autres... Ne me traitez donc pas d'antisémite simplement parce que je suis élu du RN
#6 - Le 22 février 2019 à 16h30 par breizh44, Pornichet
M. Goychman – si votre appartenance politique n’est pas un secret cela aurait dû être clairement indiqué dans votre contribution. Je ne vous ai nullement traité d’antisémite, mais une bonne partie des membres et supporteurs de votre parti l’est. MLP a beau essayer de laver plus blanc que blanc, il y en a beaucoup qui ont la nostalgie du « vieux » qui trouvait que l’extermination de millions de juifs n’était qu’un « détail de l’histoire ». Et sa réincarnation, Marion Maréchal Pétain, pardon – Le Pen – continue dans cette lancée. Actuellement elle a reculé, mais c’est juste pour mieux sauter en s’alliant à Steve Bannon et d’autres personnages charmants. C’est de cette idéologie que je parlais et elle est encore bien ancrée au sein du RN.
#7 - Le 23 février 2019 à 10h57 par jean goychman
A Breizh44
Simple petite remarque non polémique. Vous remarquerez que j'écris sous mon nom, et non un pseudo, que j'aurais pu prendre, justement parce que j'estime qu'il faut avoir la sincérité de ses opinions.
Je constate simplement que jamais personne au RN n'a fait allusion à mes origines.
Je n'ai réagi que parce que la manoeuvre me paraissait évidente et qu'elle visait à discréditer le RN avant les élections européennes et, encore une fois, mon propos n'engage que moi.
#8 - Le 24 février 2019 à 21h02 par Jean-louis Garnier
Jean Goychman, l'antisionisme aujourd'hui, qu'est ce d'autre que de vouloir la disparition d'Israël?
#9 - Le 25 février 2019 à 09h28 par Lemere
@Jean-Louis GARNIER
Être anti ne veut pas vouloir dire systématiquement vouloir la disparition .
Ainsi lorsque j'étais plus , beaucoup plus jeune j'étais au moment de la guerre du Vietnam anti -américain . Je ne désirais pas pour autant que les USA disparaissent.
Je ne partage pas du tout les idées du RN mais je ne partage pas non plus la politique Israélienne d'occupation des colonies . Je crains fort qu'un jour cela ne se retourne contre tous les Israéliens , sionistes ou pas. L'histoire regorge en effet d'exemple d'occupations qui se sont toutes terminées et heureusement de la même façon par le départ des occupants . Depuis le départ des USA du Vietnam je ne suis plus anti-américain .
#10 - Le 26 février 2019 à 14h50 par breizh44, Pornichet
Celui qui pense, ne serait-ce qu’une seule seconde, que la haine exprimée par un salafiste envers M. Finkielkraut n’était qu’une critique légitime des agissements du gouvernement israélien est soit naïf, soit - comme l’indique le titre de cet article - ignorant. Toute agression d’un juif, quelle que soit la motivation, juste parce qu’il est juif, est inacceptable. Point.
Je donne raison à M. Goychman, l’ignorance rend notre pays (et le monde) fou. L’ignorance de l’histoire de la guerre 39-45, l’ignorance de l’holocauste, l’ignorance de la chance inouïe de vivre en démocratie, l’ignorance qu’il est impératif de barrer la route au fascisme qui resurgit partout dans le monde. Oui, le monde redevient fou. On n’a visiblement rien compris (ou tout oublié) de ce qui s’est passé dans les années 30 et a entrainé le monde dans une guerre horrible.
#11 - Le 27 février 2019 à 23h07 par Jean-louis Garnier, Saint-nazaire
"Le « débat » sur la question si l’antisionisme est de l’antisémitisme a été lancé. Tant mieux. Il permet de clarifier les choses. Être opposé aux politiques des gouvernements israéliens qu’ils soient de gauche ou de droite n’est pas de l’antisionisme. C’est de la critique. Légitime. Nier le droit à l’existence d'Israël ou appeler à son boycott. C’est de l’antisionisme. Rejeter Israël comme Etat juif. C’est de l’antisémitisme. Voila le lien entre antisionisme et antisémitisme." je cite Wikipedisraël
#12 - Le 28 février 2019 à 10h23 par jean goychman
A Jean Louis Garnier
L'antisionnisme ne signifie pas la destruction d'Israël. Aujourd'hui, le mouvement sioniste semble avoir une toute autre vision de l'avenir d'Israël, principalement sous la poussée des évangélistes, parfois appelés "sionistes chrétiens" Ils veulent revenir aux frontières bibliques d'Israël
http://ceriscope.sciences-po.fr/content/part3/quelles-frontieres-pour-letat-disrael?page=show
et
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sionisme_chr%C3%A9tien

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter