www.media-web.fr

Hellfest : Un « gentil » nazillon et des polémiques

Philip Anselmo, le chanteur de Down connu pour ses dérapages racistes nombreux s'est retrouvé au cœur d'une polémique où les défenseurs de ce nazillon de 47 ans ont réussi à trouver des excuses à l'inexcusable. Récupération politicienne de l'opposition qui en profite pour tacler la nouvelle majorité, suffisance extrême de l'organisateur du Hellfest qui joue le sauveur nationale de la musique actuelle. Une polémique qui arriverait presque à nous faire oublier l'Histoire. Le révisionnisme n'est pas forcément là où on l'attend.
Creative Commons.
Creative Commons.

Le salut nazi fait référence aux 10 millions de victimes dans les camps ! On parle de génocide, pas de la petite beuverie du médiocre hardos ricain ou de la petite subvention de 20 000€ attribuée à un festival de musique actuelle ou au petit orgueil malmené de tel ou tel organisateur ou opposant politique. Ce geste reste profondément ancré dans le conscient ou l'inconscient collectif. De nos jours certains l'utilisent pour prêter allégeance aux idées d'extrême-droite, avant 1933 et l'avènement du nazisme, de courageux artistes tournaient en dérision ce geste militaire pour dénoncer la montée des périls en Europe. On a tous en tête le fameux film de Chaplin, le Dictateur.

 

Aujourd'hui, on parle d'un chanteur trop saoul et trop inculte pour comprendre -sur le moment- la portée historique tragique et symbolique de son acte. Le vin blanc et des excuses pardonnent-ils vraiment tout?!

 


Phil Anselmo : White Power and Nazi Salut... par passemoilegeek

Toutes les excuses du monde

Ce n'est pas la première fois que l'artiste lance de propos racistes tout en se défendant toujours défendu de l'être. Une véritable épave :  « Je blaguais ! C'était la private joke de la soirée car on buvait du fucking vin blanc et plein d'autres trucs... » La gauche régionale par la voix du socialiste Christophe Clergeau a dénoncé la suppression par l'exécutif régional de la subvention de 20 000€ au Hellfest, tout en condamnant les propos du chanteur. Paradoxe ? « Il n'aura pas fallu deux mois à la nouvelle majorité régionale pour montrer son vrai visage et renier ses engagements en matière de liberté culturelle. (...) Pour notre part, nous pensons que ce ne sont pas aux élus de s'immiscer dans les choix programmatiques...Le Hellfest est une chance pour les Pays de la Loire. »

 

Ben Barbaud, le président de l'association Hellfest Productions et créateur du festival Hellfest de Clisson, a riposté dans une longue missive adressée à Laurence Garnier et Bruno Retailleau élus (LR), après la décision du Conseil régional des Pays de la Loire de retirer sa subvention.

Une réponse où il est question de rendez-vous -pris ou non pris- entre l'organisateur et Laurence Garnier, élue de la majorité à la culture. Les rendez-vous manqués de l'histoire y sont racontés par le chevalier blanc de la culture musicale. De la contre-communication contre-productive. Tout en condamnant -lui aussi- les propos du nazillon : il lui trouve toutes les excuses du monde : « Cette personne a commis une grave erreur, chose qu'il regrette sincèrement, mais il est fallacieux de le faire passer pour quelqu'un qu'il n'est pas. Je pourrais, si vous le souhaitez, vous envoyer une très longue liste d'artistes ayant dépassé les bornes de la provocation sur fond de prises d'alcool ou de drogues en trop grandes quantités. Le rock'n'roll a ses excès que seuls les fans et les connaisseurs peuvent comprendre et pardonner... David Bowie en son temps, Lemmy Kilmister, Sid Vicious et j'en passe... Philip Anselmo est, je vous l'accorde, un « imbécile », un artiste provocant et sulfureux comme la musique rock sait en produire parfois, mais un artiste que j’ai choisi de défendre, convaincu qu’il n'est pas de ces individus aux idées nauséabondes... »

Voilà, c'est le monde à l'envers, le nazillon devient la victime, un prétexte pour retirer une subvention de 20 000€ pour laquelle le principal intéressé crie haut et fort qu'il n'en a nullement l'utilité avec ses 16 m€ de budget. Malheureusement, si les fans pardonnent à leurs idoles, la mémoire des victimes doit triompher. Laurence Garnier, Présidente de la commission culture au Conseil régional a répliqué par un communiqué : « Je veux dire à Ben Barbaud que je suis profondément choquée qu’il refuse de déprogrammer Phil Anselmo, mais surtout qu’il considère que c’est « quelqu’un de bien ». Visiblement, nous n’avons pas les mêmes valeurs ni la même définition de « quelqu’un de bien ». Je rappelle que Phil Anselmo est coutumier des propos racistes et qu’il avait lors d’un précédent concert insulté une spectatrice de couleur noire. »

 

De son côté le président du Conseil Régionnal Bruno Retailleau a taclé vivement l'opposition de gauche sur son site Internet : « Dans sa fuite en avant politicienne, la gauche vient donc de franchir l’infranchissable en justifiant l’injustifiable. Je lui demande de corriger ce grave dérapage, en exigeant à son tour la déprogrammation de Phil Anselmo, comme devraient le faire tous les élus attachés aux valeurs républicaines, et tout simplement humaines. »

 

Rien ne justifie l'injustifiable.

Auteur : J-C L.B | 10/02/2016 | 1 commentaire
Article précédent : « Pays de la Loire : L'apprentissage en ligne de mire »
Article suivant : « LGV Bretagne-Pays de la Loire : Paris-Rennes en 1h27 »

Vos commentaires

#1 - Le 21 février 2016 à 17h09 par TofVW
Les propos de Phil ne sont pas excusables, mais pourtant il regrette et s'est très largement excusé, et surtout il semble SINCEREMENT regretter son geste. Alors à la place de Ben, je ne sais pas si je l'aurais déprogrammé ou pas. Je l'aurais probablement fait, vu qu'il n'en est pas à son coup d'essai. Mais je ne suis pas à la place de Ben, et cette décision, c'est de la gestion de festival, des décisions internes.

Par contre, en tant que politiciens, je trouve que Laurence Garnier et Bruno Retailleau ont beaucoup de culot de se mêler de ça. Je ne développe pas, le terme "politiciens" est déjà un synonyme de "mafia" suffisamment équivoque pour se passer d'explications. Ce ne sont pas leurs oignons (ou ognons), et ils ont probablement causé autant de torts concrets que le geste de Phil a causé de torts psychologiques.

Sinon, je profite de l'article pour gentiment (ou pas) me moquer d'un blog anti-Hellfest (pas de lien, il est très peu connu et ne mérite pas d'être plus largement médiatisé) qui se vante d'être à l'origine de la polémique, alors que son article à propos de l'incident est arrivé 3 jours après que tout le réseau Internet soit déjà au courant.
Mais comme disait Audiard, les "gens comme eux" ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît. Au moins l'auteur du blog m'aura bien fait rire avec ses déclarations prétentieuses. :)

De toute façon je n'aime pas Down, alors Phil ou pas, je n'irai pas voir leur show au Hellfest.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter