www.media-web.fr

Garantie jeunes : pour le MoDem c'est une mesure absurde et contre-productive

Christophe Madrolle secrétaire général adjoint du MoDem a réagi immédiatement à la mesure du gouvernement concernant la Garantie jeunes annoncée par Jean-Marc Ayrault.

La "garantie jeunes" est "une mesure à côté de la plaque", qui "ne résoudra en rien les situations de rupture sociale".

"Cette mesure est à la fois absurde et contre-productive", dénonce Christophe Madrolle dans un communiqué. "Jean-Marc Ayrault et Marie-Arlette Carlotti proposent de faire des chèques aux jeunes en rupture sociale, en échange de quoi ils s'engageront à suivre l'accompagnement de leur Mission locale. C'est comme s'ils payaient les décrocheurs pour qu'ils aillent à l'école ! C'est un non-sens éducatif et revient à faire passer l'État pour un tiroir-caisse", s'indigne le dirigeant centriste. "Ces jeunes sont confrontés à des problèmes sociaux : santé, logement, addiction. La bonne réponse, à court terme, c'est donc l'accompagnement social", analyse celui qui exerce comme éducateur dans les quartiers Nord de Marseille.
"Bien loin d'être une garantie pour la jeunesse, cette mesure s'avère particulièrement coûteuse et aux retombées très approximatives. Elle traduit une méconnaissance profonde du terrain et du quotidien des travailleurs sociaux", poursuit le vice-président de la Communauté urbaine de Marselle. "Les structures sont surchargées, elles manquent de moyens et de personnel. Ajouter au millefeuille des dispositifs existants, cela revient à déshabiller Paul pour habiller Jacques. Si l'État a soudain de l'argent à dépenser, qu'il commence par augmenter le budget de la politique de la ville et les financements pour l'accompagnement social des jeunes les plus éloignés de l'emploi (clubs de prévention, centres sociaux,...)", appelle-t-il.
"À long terme, le seul moyen de réduire la rupture sociale des jeunes, c'est de miser sur l'école et sur l'entreprise, comme le soutient depuis longtemps François Bayrou. Il s'agit de donner à l'Éducation nationale les moyens dont elle a besoin, mais aussi de repenser en profondeur les filières techniques, les stages en entreprises et les plans régionaux de formation, afin qu'ils soient enfin des tremplins vers l'emploi", propose Christophe Madrolle.



 

14/08/2013 | 3 commentaires
Article précédent : « Un ULM anti Hollande survole les plages de l'Atlantique »
Article suivant : « Le gouvernement lance la garantie jeunes »

Vos commentaires

#1 - Le 15 août 2013 à 11h48 par Philippe B. , Strasbourg
Je partage tout à fait votre avis.
Il me semble qu'il existe déjà une prime accordée aux "décrocheurs" qui retournent au collège ou au lycée. En tout cas dans le Bas-Rhin.
#2 - Le 15 août 2013 à 15h00 par pudano
c´est bien de réagir et il serait temps ...mais entre nous ,vous y etes pour beaucoup si nous sommes dans la M.... aujourd´hui !!!
#3 - Le 16 août 2013 à 20h12 par styl, Schiltigheim
Jeunes, que d'agitation en votre nom!
Accompagner, c'est bien, mais être à l'écoute des initiatives, c'est mieux!
On a trop tendance à infantiliser la jeunesse , au nom d'un saro-saint paternalisme ... Beaucoup de jeunes sont étouffés par le système éducatif qui recrute des personnes souvent trop sûres d'elles-mêmes et de leurs principes.
Il faut savoir se décentrer; ce n'est pas qu'une question d'argent, car le capital principal, c'est de savoir écouter!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter