www.media-web.fr

Front national : Jean-Marie Le Pen fait craquer la peinture bleu Marine

Jean-Marie Le Pen fait parler de lui : encore une petite phrase qui sonne antisémite. Le « vieux monsieur » semble déranger la jeune garde qui le désavoue de suite, « officiellement ». Pourtant les sanctions ne tombent toujours pas pour lui.

« Une faute politique* » a déclaré Marine Le Pen. Le président « d'honneur » du FN se permet tout. Pourquoi ? Est-ce un nouveau test ? Rassurer la frange raciste du parti ? Après une telle victoire, une petite récompense ça fait toujours plaisir. L'ex chef du parti l'a bien fait savoir, le bateau qu'elle a barré dans la course des Européennes avait été bien préparé.
Dans le parti qui n'est plus tout à fait le sien, mais toujours un peu tout de même, Louis Aliot, monte au créneau de suite, il est « consterné », Gilbert Collard le suit pour désavouer « le vieux » prêchant pour une retraite. Celane mange pas de pain.

Mais Jean-Marie Le Pen n'est pas un vieillard qui bave sur sa cravate ou oublie de refermer son pantalon en sortant des toilettes.
Une nouvelle fois, il provoque et insulte. Jean-Marie Le Pen ne « dérape » pas, l'homme connaît sa langue. Il choisit toujours ses mots, et il ne s'en va pas du bonnet. Le traiter de viel homme c'est le mépriser un peu, et protéger l'image du parti beaucoup, atténuer sa responsabilité surtout.
Gilbert Collard en invoquant son âge fait offense aux anciens et pose avec la  facilité de l'actualité (Juan-Carlos) le problème de « l'âge de l'abdication ». Parions que d'autres, de vingt ans ses cadets, (sa différence d'âge avec Jean-Marie Le Pen) sauront le lui rappeler dans quelques années.

La sanction c'est l'exclusion

Gilbert Collard évite aussi de poser la vraie question : si le rassemblement bleu marine n'est pas un parti raciste, si la sanction de propos raciste est l'exclusion, qu'attend Marine le Pen ?
En decembre 2103 le parti excluait trois personnes pour propos racistes. Il est vrai que c'était « avant » comme dit une publicité pour des lunettes, avant que le FN ne se distingue aux Européennes.
Marine Le Pen aura-t-elle le courage de dire « des racistes, on ne veut pas de ça chez nous » ?
Et si c'était cela l'opération de communication, faire reconnaître qu'elle applique la règle « même à son propre père » ?

De toutes les façons elle fera le mauvais choix : pas de sanction elle se déjuge ; une exclusion elle perd une partie de ses électeurs. ? Est-elle assez solide pour se le permettre ?

À moins que le père n'ait déjà décidé de se retirer : une sorte de sacrifice « suprême » en quelque sorte...

Il serait temps pour celle qui prétend à la fonction présidentielle de montrer que la peinture bleu Marine du navire FN, n'est pas qu'une opération de propreté.

* Media-Web ne répète pas ici les propos antisémites de Jean-Marie Le Pen.

 

Auteur : LY | 08/06/2014 | 2 commentaires
Article précédent : « Des François pour que la « Paix soit avec vous » »
Article suivant : « Régions : Le sale coup des Bretons »

Vos commentaires

#1 - Le 09 juin 2014 à 08h03 par Umpascontent
Il n'y aurait pas le Pen, qu’écrirait donc les médias ? Cette focalisation sur ce politicien qui supporte mal sa retraite est infiniment suspecte!
#2 - Le 12 juin 2014 à 20h02 par Sammy, Pornichet
@Umpascontent

Une remarque : pourrié-vou s'il vous plè utilizé un korrekteur d'ortografe, pasque là, ça pique lé zieux.

Et pendant que vous-y serez, vérifiez aussi la syntaxe.

Et pour répondre à votre question, les médias pourraient écrire sur l'UMP.
Ou sur le PS, d'ailleurs.
Ou sur P. Balkany. Le pauvre doit être bien marri d'apprendre que son épouse a menti, lui qui se targue d'être "l'homme le plus honnête de la Terre".

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter