www.media-web.fr

Football- Ligue 1- FC Nantes-AC Ajaccio : 2-2, ca se corse pour le FC Nantes

Les Nantais ont été rejoints dans le temps additionnel par Ajaccio, alors que la victoire leur tendait enfin les bras. Après huit matches sans victoire, c’est la plus mauvaise série du club - en cours - parmi l’élite.

Incapables de remporter le moindre match en championnat depuis le 12 janvier dernier (face à Lorient, 1-0), les Canaris avaient l’occasion samedi 8 mars de renouer avec le succès face à la lanterne rouge ajaccienne, condamnée à 99% à la L2 l’an prochain. Mais quand ça ne veut pas…Sous tension depuis plusieurs jours, avec  l’affaire des trois points et l’interdiction de recrutement jusqu’à l’été 2015, il a fallu une égalisation corse au bout du temps additionnel (92e minute) pour enfoncer un peu plus le club des bords de l’Erdre dans la crise.

Cela avait (déjà) fort mal débuté. Après un choc avec son gardien, le défenseur sénégalais Papy Djilobodji se blessait dès la 2e minute de jeu. Sur corner, les visiteurs ouvraient la marque d’une tête de Mostefa, libre du marquage de Cissokho. (0-1, 5e). Fort heureusement, les Nantais égalisaient dans la foulée, Serge Gakpé reprenant un centre de Cissokho (1-1, 8e). Mais à la 24e minute, le défenseur sénégalais devait se résoudre à sortir du terrain, souffrant des côtes. Ce qui obligeait l’entraineur Michel Der Zakarian à « bricoler » une charnière centrale inédite, où Lucas Deaux redescendait d’un cran.

La crise se traduit par un huis-clos

Cependant, les Canaris patientaient calmement et se procuraient des situations interessantes. Après avoir touché le poteau, le buteur serbe Filip Djordjevic retrouvait le chemin des filets après trois matches de suspension, en détournant un tir de Veretout (2-1, 77e minute). Nantes venait de renverser la vapeur, et se dirigeait tout droit vers une victoire ô combien précieuse pour le classement et le moral. Mais, car il y a toujours un mais avec les équipes malades, les Jaune et Vert se montraient d’une naiveté impensable à ce niveau de la compétition, sur le dernier ballon joué par les Corses. Rendant le ballon à l’adversaire après une faute, le défenseur Koffi Djidji n’assurait pas ses arrières et laissait Diarra s’en aller battre de près Rémy Riou (2-2, 92e). Silence de cathédrale, stupeur et tremblements dans l’enceinte de la Beaujoire.

Fou de colère, Michel Der Zakarian passait une soufflante à ses ouailles dans le vestiaire. Fait rarissime pour être souligné, un décrassage à huis-clos a eu lieu ce dimanche matin à la Jonelière. Nantes est en crise, et sa marge d’avance sur le premier relégable Valenciennes (7 points) pourrait bien fondre comme neige au soleil. Occupant la 15e place du classement avec 32 points, on imagine mal les Nantais engranger quelques unités au compteur le week-end prochain (samedi 15 mars à 16h30) au stade Pierre Mauroy face aux Dogues Lillois.

09/03/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « FC Nantes – Girondins de Bordeaux Un match nul, un score vierge mais un bon point »
Article suivant : « Ligue 1 Serge le lama présent à Bordeaux-Nantes »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter