www.media-web.fr

Extraction de granulats marins au large de l’île d’Yeu et Noirmoutier, des inquiétudes.

Un permis exclusif de recherche a été publié au Journal Officiel du 11 novembre 2017 pour la réalisation d’une étude d’extraction de granulats marins sur une superficie de 432 km² au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier. Ce titre minier autorise un groupement économique à mener pour une durée de 5 ans des prélèvements et des recherches susceptibles de déboucher sur une exploitation des sables marins sur plusieurs décennies.

Le CESER  (Conseil Economique Social Environnemental des Pays de Loire) demande d’ouvrir la concertation et d’en apprécier les conséquences.

Le  CESER a  adopté un voeu le 18 décembre 2017 et illustré à l’aide de cartes, rappelle qu’un tel projet d’une envergure sans précédent au large de nos côtes pourrait avoir de fortes conséquences environnementales et économiques, et appelle à la vigilance et à une concertation renforcée auprès de tous les acteurs concernés, et en particulier auprès des professionnels de la pêche.

« Planification de l’espace marin : réelle volonté ou habillage ?

De son côté le COREPREM (Comité Régional des Pêches et des Elevages Marins des Pays de Loire) par la voix de son président José Jouneau précise sa position :

"Depuis plusieurs années, les projets de production d’Energies Marines Renouvelables (EMR) et d’extraction de granulats en mer se succèdent sans analyse de cohérence entre les politiques sectorielles et visibilité à long terme. Les pêcheurs professionnels, premiers impactés par le déploiement de ces « nouvelles activités » en mer, n’ont de cesse de réclamer la planification des usages de l’espace marin et la mise en cohérence des politiques publiques pour donner une lisibilité d’accès aux zones de pêche dans l’avenir.

Après le développement de deux projets de parcs éoliens en mer, l’ouverture d’une nouvelle concession de granulats marins au large de la Loire, c’est une nouvelle zone d’extraction de granulats qui a été accordée à plusieurs sociétés le 11 novembre 2017. S’il s’agit pour le moment d’un Permis Exclusif de Recherche (PER) sur les granulats marins et non d’une autorisation d’exploiter à proprement parler, c’est un nouvel espace « préempté » par les industriels pour de futurs développements.

Alors même que les acteurs en façades travaillent actuellement à l’élaboration de Document Stratégique de Façade (DSF), déclinaisons territoriales de la Stratégie Nationale Mer et Littoral (SNML), à la rédaction d’un guide méthodologique pour l’élaboration des Documents d’Orientation pour une Gestion durable des Granulats Marins (DOGGM) à l’échelle des façades, de nouveaux projets continuent d’obtenir l’approbation du Ministère sans aucune mise en cohérence par l’analyse des interactions entre usages.

Devant ce constat au gout amer, les professionnels ligériens de la pêche disent « STOP » et annoncent qu’ils refuseront dorénavant toute réunion de concertation concernant de nouveaux projets d’extraction ou de développement EMR tant qu’une réelle planification de l’espace marin n’aura pas été établie avec l’ensemble des parties prenantes. »

23/12/2017 | 0 commentaire
Article précédent : « Une campagne « électrochoc » contre la pêche électrique »
Article suivant : « Pêche électrique : L’Europe est tombée sur la tête »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Agence de presse et marketing : Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH Rennaz 
www.media-web.fr  |   Nous contacter