www.media-web.fr

Eoliennes offshore : Louis Dreyfus armateur et STX France s’associent

Les deux groupes ont décidé de développer ensemble un navire d’assistance polyvalent dans le cadre de l'appel d’offres lancé par la France pour la construction et l'opération de champs éoliens offshore.

L’appel d’offres de la France entraîne le rapprochement de beaucoup d’entreprises afin de créer un partenariat qui mette en commun deux types de compétences. C’est ce qui vient de se passer avec Louis Dreyfus armateur et STX France qui ont décidé de s’associer. Le concept est lancé, mais il reste encore à peaufiner. D’ici peu une équipe va être mis en place pour développer le concept de navire d’assistance polyvalent.
    Les deux groupes ont la volonté de constituer une filière industrielle française capable de répondre à l'appel d’offres voulu par le Gouvernement. La conception, la construction et l'opération du navire s'appuieront en effet sur les savoir-faire reconnus des deux groupes : conception et construction de navires à haute technologie embarquée ; armement et opérations de navires de services offshore sous pavillon français.

Le projet

« Ce ne sera pas un navire habituel, il devra remplir différentes tâches », explique la responsable du service de communication de TSX France. Le navire assumera la phase d’installation des missions de pose et de protection de câbles, d'assistance à la plongée légère et de transport de colis lourds. Ensuite, tout au long de la phase d'exploitation, ce navire permettra l’inspection et la réparation des matériels et sera pour cela pourvu des capacités de logement pour 60 personnes.
    « Nous essayons d’anticiper les actions futures : la fabrication des éoliennes, la pose des matériaux, l’entretien et, plus tard, le démantèlement ». Doté d'une passerelle d’accès dite à mouvements compensés qui garantit sa stabilité, le navire permettra d'assurer, dans des conditions de sécurité absolue, le transfert des personnels entre le navire et l'éolienne. Par ailleurs, sa conception repose sur la technologie de positionnement dynamique qui permet une manœuvrabilité et une tenue à la mer optimales et de travailler efficacement jusqu'à des états de mer élevés.
    Enfin, la propulsion innovante de ce navire, assurée par des moteurs consommant du gaz naturel liquéfié GNL garantit l’élimination totale des émissions de soufre, la réduction de 90 % des émissions d'oxydes d'azote, de 90 % les particules (suies) et de 20 % les émissions de CO2 par rapport à une motorisation traditionnelle au fioul.

Auteur : AP | 18/07/2011 | 1 commentaire
Article précédent : « Ras le biniou ? »
Article suivant : « Corentin Douguet : « on regarde vers la 5e place » »

Vos commentaires

#1 - Le 19 juillet 2011 à 19h13 par PER
Enfin une bonne nouvelle, pour celles et ceux qui comme moi, attendaient un signe positif des institutionels dans ce domaine.
En effet, le seul son de cloche entendu jusqu'à présent , était celui des associations anti-éolien.
Vous l'aurez deviné, PER ici signifie "Pour les Energies Renouvelables".

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter