www.media-web.fr

Éolien off-shore, le débat est lancé

Peut-être plié d’avance, le débat sur l'éolien off-shore, malgré le mot d’ordre de la présidente de la commission particulière du débat public Chantal Sayaret : « Au plus près de vous ».

Lors d’une conférence de presse, la présentation de la démarche pour le débat sur l'éolien off-shore qui doit permettre au cours de 10 réunions publiques de donner son avis sur un « projet d’une grande complexité » a suscité de nombreuses interrogations. En effet, le maître d’ouvrage est déjà désigné (Éolien Maritime France), on ne pourra pas revenir, par exemple, sur le site d’implantation défini par l’État.
 

Le projet

80 éoliennes d’Alstom de 6 MW, implantées sur le banc de Guérande à 12 km au large des côtes sur une surface de 78 km2, elles pourront théoriquement alimenter 720 000 habitants. L’installation serait raccordée au réseau public de transport d’électricité par RTE.
Si tout se passe bien, le lancement des travaux est prévu pour 2015-2016 jusqu’en 2020 avec les deux premières années dédiées aux implantations en mer. Le plan industriel du groupe Edf Énergie renouvelable et son partenaire danois Dong prévoit la création de quatre usines, deux à Cherbourg et deux à Saint Nazaire, ces dernières produiront les génératrices et les nacelles.
Les projections sont de 1 000 emplois directs et 4 000 emplois induits pour 100 éoliennes construites par an, 400 emplois pour l’assemblage des machines, enfin 100 emplois pour la maintenance (basée à la Turballe).
 

Intégrer les remarques

Présent à cette réunion Gaëtan Duchêne, au nom du maître d’ouvrage a tenté d’apporter la parole de la compréhension et de l’écoute devant ces débats publics à venir : « Nous avons tout intérêt à intégrer les remarques qui vont émaner de ces réunions ».
Néanmoins, il paraît un peu utopique de penser que Eolien Maritime France renonce à ce projet, premier du genre dans notre pays devant les écolos et les défenseurs d’horizon vierge de pales de 73 m d’envergure et des machines de 100 m de hauteur. Ce parc presque invisible à l’œil pour les uns, défigurant le  paysage pour les autres, va susciter bien des commentaires dans ces réunions thématiques prévues. Quid du bio top, de l’impact sur la faune et la flore ou du réel intérêt économique de cette installation au coût annoncé de 2 milliards d’euros ?
La présidente de la commission Chantal Sayaret explique d’une drôle de façon son rôle : « C’est une aventure, l’exercice est difficile ».
Un peu dur à avaler pour un élu du Croisic : « à quoi sert cette concertation alors que l’appel d’offres est clos, c’est le maître d’ouvrage qui a la fin décidera ». Sous entendu, le dossier est entériné.
Réponse de Chantal Sayaret : « Il faut du dialogue, nous sommes une commission indépendante, nous voulons la transparence, mais aussi de l’équivalence et de l’argumentation, ''il ne s’agira pas  de dire, on est pour ou on est contre ».

À quoi servez-vous ?

Commission neutre, certes, mais liée à des enjeux industriels et commerciaux, deux mois après la clôture du débat, elle publiera un compte rendu, puis la commission nationale rédigera son bilan. Question dans la salle :« à quoi servez-vous ?»
Le maître d’ouvrage disposera alors de trois mois pour indiquer les suites qu’il entend donner. Il devra, selon les textes, annoncer de quelle manière il entend assurer l’information et la participation du public tout au long du projet.
La commission joue la transparence, édite un journal, une lettre électronique bimensuelle et met en place un site internet interactif : http://www.debatpublic-eolienmer-saint-nazaire.org/, des contributions et cahiers d’acteurs et veut aussi un débat mobile, des rencontres avec le public sur leurs lieux de vie, marchés, festivals… Des locaux sont aussi ouverts à Saint Nazaire (3, avenue du Commandant L’Herminier).
« Votre parole compte », ainsi s’exprime la dynamique présidente de la CPDP, « Il faut contribuer à ce temps de réflexion collective sur un projet soulevant des enjeux déterminants » peut-on lire dans le premier numéro du journal de projet de parc éolien en mer de Saint- Nazaire, et d’insister sur la réunion d’ouverture le 28 mars à Agora (19h30) qui réunira le ban, et l’arrière-ban des décideurs publics et privés.
Après cette phase, le calendrier envisagé passe jusqu’en 2014 par la mise au point, en 2015, l’enquête publique, puis les autorisations administratives avant le début des travaux d’installations en mer.
 

Pratique :
Le calendrier des réunions ici :
http://www.debatpublic-eolienmer-saint-nazaire.org/docs/documents-cpdp/st-nazaire-calendrier-reunions.pdf
 

19/03/2013 | 4 commentaires
Article précédent : « Réunion d'ouverture pour le débat public sur l'éolien maritime »
Article suivant : « Opposition au schéma régional éolien des Pays de Loire »

Vos commentaires

#1 - Le 24 mars 2013 à 09h26 par Jean-Louis Garnier
Qui est Chantal Sayaret ? Son Statut professionnel et les conditions de sa nomination lui donnent-elle la moindre indépendance à l'égard d'un projet d'état?
Notre haute administration s'est toute entière convertie à la religion du réchauffement climatique d'origine anthropique et poursuivra jusqu'au bout avec le soutien de l'extrême gauche un projet inutile et dispendieux puisque notre pays n'a pas besoin de capacités supplémentaires de production qui plus est intermittente et nécessitant donc des centrales de substitution les 2/3 du temps qui, elles produisent plus de CO2 que le système en place! Il ne nous restent qu'à payer plus chère notre électricité pour financer tout ça !
#2 - Le 29 mars 2013 à 14h42 par Lemere
M. Garnier,

Une simple recherche sur internet, vous aurait permis de mieux la connaître et de découvrir qu'elle est présidente de l'Institut Français de la Mer de l'estuaire de la Seine.
#3 - Le 30 mars 2013 à 10h50 par collas, Jans
j'aime bien le 1er avril depuis mon enfance et j'ai apprécié cette soirée où pendant 3 heures on a pu entendre des interlocuteurs qui nous ont expliqué comment ils allaient réaliser ce chantier pharaonique pour détruire la forêt de laminaires et la faune qui y vivait en paix... Mardi matin cette organisation va peut-être nous dire "Poisson d'avril" car il est inconcevable que l'on crée des emplois pour détruire le tourisme, la pêche et la plaisance... Un Parc éolien de 78 Km2 sur cet horizon où hier encore j'observais les allers et venues des batiments marchands, des méthaniers, des pêcheurs, des jolis voiliers et ces voiles dans le ciel qui tirent des sportifs un peu fous... oui si il y a de la vie sur ces fonds marins, il y en a aussi en surface... et il faudrait tout arrêter ou repousser encore plus au large ces voies navigables pour planter dans la roche 80 machines de 176 mètres de hauteurs à 12 Km que l'on ne verra pas de la plus belle plage d'Europe, surtout les jours de brouillard... "COMPLETE REPARATION" un roman de Gabriel BERTRAND chez L'Harmattan... un scénario catastrophe où la circulation en notre région serait bloquée pour faire sauter des méthaniers à l'ancre en attente au large de la Baule... Un attentat, sans doute improbable comme un nouveau nauffrage de pétroliers, mais qui libérarait des millions de M3 de gaz liquide dans le Champs éolien et qui créerait une vague de glace et de froid intense qui va se répandre jusque dans les Marais salants... Oui ce n'est qu'un roman tout comme l'autre auteur régional, Jules Verne un visionnaire... qui décrivait le voyage (improbable) de la Terre à la Lune... D'autres solutions sont à l'étude au large du Croisic avec les énergies de la mer et ce n'est pas demain que toutes les centrales nicléaires vont fermer, donc nous avons le temps pour trouver une autre solution moins destructive et plus respectueuse pour le Parimoine que nous laisserons aux Générations futures...
#4 - Le 31 mars 2013 à 11h51 par Jean-Louis Garnier
Lemere,

J'avais bien évidemment fait la recherche et mon questionnement provient de ce que j'ai trouvé ; Quelque soit ses prudences sémantiques, cette dame, tout à fait honorable, ne présente aucune garantie d'indépendance car appartenant à la fonction publique!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter