www.media-web.fr

Éolien en mer : wpd conteste l'attribution du projet des deux îles au large de la Vendée

wpd lance une procédure de référé sur l’évaluation de la CRE, et le fait savoir dans un communiqué, contestant à la fois le choix technique et l'économie du projet. 9 des 16 critères n'auraient pas été évalués correctement. Ainsi le choix du type de fondation est mis en cause.

Au vu des résultats du second appel d’offres annoncés le 7 mai dernier, et de la perte du projet éolien en mer des deux îles après sept années de concertation, un investissement significatif en études techniques et environnementales, wpd souhaite comprendre la notation de la CRE dont l’avis a été suivi par le Gouvernement.
 
Sans remettre en cause l’attribution de la totalité de l’appel d’offres, wpd s’interroge sur les conditions d’attribution du lot n°2 «des îles d’Yeu et de Noirmoutier».
 
En effet, après étude des éléments rendus publics lors de la phase d’instruction des offres, wpd conteste la fiabilité technique et économique de celle du consortium concurrent.
 
L’objectif du référé précontractuel déposé ce jour au Tribunal administratif est de s’assurer, sous l’autorité indépendante du juge, que l’analyse des dossiers a bien été strictement appréciée au vu des critères du cahier des charges. Dans son mémoire, wpd fait état de fragilités importantes sur l’évaluation de 9 des 16 critères de l’appel d’offres, de nature à modifier la notation et donc la désignation du lauréat.
 
À titre d’exemple, le choix des fondations d’éoliennes est déterminant dans l’élaboration d’un projet éolien en mer, non seulement pour son coût puisqu’il représente 30% de l’investissement, mais également pour son impact environnemental et la durée de chantier. wpd et ses partenaires sont les seuls à avoir effectué des forages géotechniques sur le site, étude nécessaire pour déterminer les caractéristiques des sous-sols marins en profondeur, contrairement au consortium concurrent qui n’a réalisé aucun forage.
 
Leur choix de fondation ancrée (contrairement à notre choix de fondation posée) est incompatible avec le site et entraîne une sous-évaluation très significative du coût global du projet, ce qui fausse donc la notation de plusieurs critères de l’appel d’offres.
 
L’utilisation d’une telle procédure accélérée permettra, quel qu’en soit le résultat de respecter le calendrier du projet éolien en mer des deux îles. Plus globalement, c’est la filière française de l’éolien en mer que l’énergéticien wpd s’efforce de développer de manière exemplaire depuis sept ans. Cette approche responsable passe par une implication dans les syndicats professionnels et auprès de l’ensemble des acteurs des territoires (élus, associations de protection de l’environnement, pêcheurs, administrations) sur les différentes zones propices à l’éolien en mer depuis 2007.
 
 wpd est un énergéticien indépendant présent dans 18 pays dans le monde.
Le groupe a installé 1600 éoliennes pour une puissance totale de 2,8 GW. 6,7 GW de projets éoliens terrestres sont à l’étude à travers le monde et avec un portefeuille de projet offshore de 8 GW en Allemagne, Danemark, Finlande, France et Suède, wpd est l’un des leaders européens du développement et de la construction de parcs éoliens en mer.
Après avoir développé le premier parc éolien en mer allemand, Baltic 1, wpd réalise actuellement le parc de Butendiek en Mer du Nord (80 éoliennes, 288MW).
 
wpd offshore :
Filiale à 100 % du groupe wpd, siège à Brême – Allemagne ;
Acteur majeur de l’éolien en mer avec 18 projets en cours dans 5 pays : Allemagne, Danemark, Finlande, France et Suède ;
Déjà 10 projets en Allemagne, Suède et Finlande développés avec succès ont obtenu leurs
Autorisations ;
Financement obtenu sur trois projets pour un volume d’investissement de plus de 2.5 milliards d‘euros ;
- Gestion de la construction de 2 projets éoliens en mer dont “Baltic 1”, premier parc éolien offshore commercial en Allemagne ;
- Développeur et actionnaire de 2 des 4 projets éoliens en mer attribués dans le cadre du 1er appel d’offres français : Courseulles-sur-Mer et Fécamp.

Communiqué de WPD
 

20/05/2014 | 3 commentaires
Article précédent : « General Electric EMR sur le site de L'IRT »
Article suivant : « Éolien offshore : GDF - Suez remporte le deuxième appel d'offres »

Vos commentaires

#1 - Le 21 mai 2014 à 12h07 par Léna, Les Sables D'o
Toutes ces subventions qui vont aller aux autres...c'est ballot !
Quitte à se faire arnaquer et appauvrir par la facture du offshore, je préfère me faire arnaquer par un groupe français .
Que WPD aille abîmer les rivages chez lui, en Allemagne.
#2 - Le 22 mai 2014 à 10h42 par Laura
Sauf que Léna, le personnel de WPD qui a travaillé sur le projet est Français et les autres porteurs de ce projet avec WPD sont EDF Energies Nouvelles et Alstom (qui jusqu'à preuve du contraire sont français également).
Si pour vous faire des études techniques pour adapter la fixation des éoliennes, c'est "abimer les rivages", alors effectivement, il vaut mieux que WPD aille faire ses projets proprement ailleurs!
#3 - Le 16 novembre 2014 à 11h25 par MG
que le juge regarde si l'appel d'offre et le résultat est correct je trouve que c'est une bonne chose. ce ne serait pas la première fois que les dés seraient pipés

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter