www.media-web.fr

Eolien en mer : Les recours plombent les délais de mise en route

Le collectif de Défense de La Mer (DLM) évoque un troisième recours contre les projets éoliens.

Après le recours contre le projet sur le Banc de Guérande (23 juillet 2016) et celui contre le projet des hautes Falaises (Fécamp Etretat, 16 août 2016), cette semaine, c’est, huit associations qui ont déposé un recours contre le projet éolien en mer devant les plages du Débarquement.

DLM évoque dans un communiqué les difficultés du secteur.
"La stratégie gouvernementale pour créer une « industrie française éoliennes offshore » a fait long feu avec la vente d’Alstom à GE et l’abandon d’AREVA au profit de SIEMENS.
DONG Energy, particulièrement expérimenté, a abandonné EDF EN, qui l’a remplacé par un exploitant canadien ENBRIDGE qui n’a pas plus d’expérience dans l’offshore qu’EDF EN !
Et que dire de la filière française avec Alstom Eoliennes SN, installée à St Nazaire (une trentaine de salariés) qui bénéficie d’une subvention de 1,45 M€ du Conseil Régional et de la CARENE (donc avec nos impôts locaux) quand son propriétaire Alstom Power Holdings SA (sous GE Renewables management services – Président Jérôme Pécresse) peut racheter LM Wind Power Holding A / S, concepteur et fabricant de pales d'éoliennes basé au Danemark, pour une valeur de 1,5 milliard d'euros ?


Les recours pour la plus part complètement injustifiés, sont graves de conséquences, pour le développement de cette industrie et pour l’emploi.
Alors que les démarrages des travaux étaient prévus en 2018, les recours peuvent retarder d’au moins un à trois ans. Chez GE Renewable Energy (ex-Alstom) qui construit les turbines à Saint-Nazaire, les recours pourraient avoir un impact sur le plan de charge et l’emploi. Actuellement GE fabrique 66 turbines pour une implantation dans un parc allemand Merkur, en mer du Nord.

Auteur : NG | 21/10/2016 | 11 commentaires
Article précédent : « Eolien en mer : Des mesures du vent en baie de Saint-Brieuc »
Article suivant : « Le collectif de défense de la mer dépose un recours contre le parc éolien du banc de Guérande »

Vos commentaires

#1 - Le 21 octobre 2016 à 13h48 par Collas, St Prouant
cela fait des années, depuis 2008, que je réclame une action sur le terrain en rencontrant les utilisateurs de cette côte sur les plages et la côte sauvage (vacanciers, estivants, plaisanciers, sportifs de la glisse, pêcheurs...etc.) ... Quelle est la proportion de touristes qui vont découvrir lors de leur séjour que l'horizon a été transformé en Zone industrielle éolienne... il fallait, comme sur les autres projets éoliens offshore s'investir pour ameuter les touristes et les adhérer à nos Associations... je me suis investi pour distribuer des tracts aux utilisateurs du chemin des douaniers entre le Croisic et le Pouliguen en expliquant ce qui se préparait...L'éolien terrestre n'a rien prouvé avec moins de 3% de la production électrique national, ce n'est pas les pieds dans l'eau que les éolienne vont plus produire... Sans éolienne la Vie est plus saine
#2 - Le 21 octobre 2016 à 14h33 par Durieux, La Roche
à Collas

monsieur bonjour
ici vous vous trompez les éoliennes seront pratiquement invisibles
#3 - Le 21 octobre 2016 à 15h32 par Collas, St Prouant
Il suffit d'allez voir les Photo-montages dans les Dossiers du Débat publique et de l'Enquête publique pour constater l'emprise de ces machines sur l'horizon bien visibles de la plage et de la Côte sauvage du Croisic...elles se verront le jour et encore plus la Nuit avec le Feux rouges clignotants...mais ce qui est plus grave ce sont les dégâts sur les fonds marins pour les embases d'éoliennes et les kilomètres de tranchées pour enfouir les câbles de 225 000 volts jusque sous la plage de la Courance à St Nazaire pour aller rejoindre le Poste Source EDF qui va être construit vers Trignac... l'éolien terrestre produit 3% de la production électrique national et à 12 km de la Côte il n'y aura pas plus de production... avec un coût de montage et de maintenance exorbitant...ouvrons le débat...
#4 - Le 21 octobre 2016 à 17h34 par raminagrobis
En fait c'est un peu comme pour l'aéroport, de recours en recours, les gouvernements passent, mais là c'est contre l'écologie politique
#5 - Le 22 octobre 2016 à 09h51 par DLM, La Baule
Pour la Rédaction: qu'est-ce qui vous permet d'écrire que les recours sont pour la plupart complètement injustifiés ?

Pour Durieux: vous vous trompez! Du Croisic, les éoliennes seront visibles hautes comme le diamètre de la lune ou du soleil (six fois la hauteur des phares de la Banche ou du Four),très rarement invisibles...

Rédaction Parce que l'on a vu en détail l'enquête publique et les recours qui n'ont pas de sens. Surtout celui du projet st Nazaire Guérande.
#6 - Le 22 octobre 2016 à 13h42 par Couac
Ras le bol de ces recours déposés par des ultraminoritaires qui imposent leur dictature mensongère comme à NDDL.
À quand de sévères sanctions contre ces recours abusifs?
#7 - Le 22 octobre 2016 à 23h31 par Durieux, La Roche
Ce que vous dites au niveau de la visibilité est inexact. Sur les photos montages pratiquement invisible.

Et puis faites un sondage la plus part des gens trouvent les éoliennes jolies. Ici ce sera en plus un atout touristique on ira visiter le champ d'éoliennes en bateau.
#8 - Le 23 octobre 2016 à 21h13 par Pôle Emploi, 44600
1000 emplois gelés dans la région de Saint-Nazaire, Cherbourg et Le Havre à cause de ces recours ridicules.
Mon fils en recherche d'emploi, qui s'est engagé dans une formation de maintenance des éoliennes en mer à l'IUT de Saint-Nazaire, pense partir en Allemagne, pour trouver du travail.
Voilà le sort donné à nos enfants qui recherchent désespérément du travail.
Je suis encore plus en colère quand j'apprends que ces personnes qui déposent des recours, ne sont même pas de notre région mais des résidences secondaires qui séjournent sur notre côte seulement 2 mois par an.
Quelle honte !
#9 - Le 27 octobre 2016 à 16h42 par Collas, St Prouant
Lorsque les premières éoliennes ont envahi le bocage de Soudan et Erbray près de Châteaubriant on nous a dit qu'il y avait des emlois sur les autres chantiers à venir... mais à Issé Renardière et Beaumont, Derval-Lusanger, Sion les Mines, Nozay-Puceul, il n'y a pas eu d'autres emplois de créés sauf pour la livraison du béton que nous étions trop bêtes pour le couler, ce travail étant réservé aux allemands... mais aussi pour le Gardiennage du matériel durant le chantier... Pas d'emplois non plus pour la Maintenance pour info à n°8 Pôle Emploi, votre fils n'aura un emploi de maintenance que dans quelques années si les Prometteurs éoliens arrivent à faire leur chantier offshore, ce que doute.. il suffit d'aller voir en direct la production éolienne en France sur le Site rte-france qui indiquait hier que les 7000 éoliennes françaises ne produisaient que 2%... http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique donc l'éolien n'est pas la bonne solution surtout qu'il faut prévoir les manques de vents en créant des Centrales Thermiques pour compenser...D'autres énergies marines sont permanentes et il serait sage d'investir l'argent éolien dans des études des solutions rentables pour notre pays...Les Promenteurs éoliens ne nous disent pas tout...
#10 - Le 29 octobre 2016 à 17h09 par entrepreneur nazairien, 44600
La filière industrielle de l'éolien offshore est déjà une réalité dans le bassin industriel de Saint-Nazaire!
Il y a plus de 150 emplois qui existent déjà à Montoir de bretagne pour construire des nacelles d'éoliennes qui partent à l'export, faute de commandes Cela a permis aux manutentionnaires du port de Saint-Nazaire qui ont travaillé pour le chargement de ces nacelles pour les USA.
Plus de 200 personnes travaillent actuellement à la conception et construction des sous-stations électriques chez STX pour les livrer pour les parcs éolien en mer en Mer du Nord.
Ce nombre d'emplois pérennes pourrait largement doubler voire tripler sans ces recours administratifs d'irresponsables bobo
#11 - Le 30 octobre 2016 à 14h05 par DLM, La Baule
Pour Rédaction et Durieux: " Parce que l'on a vu en détail l'enquête publique et les recours qui n'ont pas de sens. Surtout celui du projet St Nazaire Guérande."
Vous êtes bien les seuls journalistes à prétendre avoir lu les 6000 pages du dossier EP et les résultats de cette enquête. J'ai du mal à vous croire! Si vous l'aviez fait, vous auriez intégré que les simulations ne sont qu'une représentation de paysage, mais ne révèle rien sur la perception visuelle: allez voir depuis la base sous-marine la visibilité des éoliennes de Sud Loire pour vous en rendre compte.
Quant à avoir vu en détail les recours, c'est impossible puisque tous les documents n'ont pas encore été communiqués au Tribunal et aux parties adverses: l'instruction ne fait que commencer.
MediaWeb est sans doute libre et indépendant pour son parti-pris, mais certainement pas un organe d'information objectif.
Pour Couac et pôle emploi: les associations que vous mettez en cause ont la même proportion de résidents principaux et secondaires que la population locale. Quant aux emplois, pour l'instant c'est une petite trentaine d'emplois directs à St Nazaire, et combien d'emplois menacés dans la Presqu'île Guérandaise ? Le tourisme industriel ne génère aucune nuitée hôtelière, et très peu de commerce...

Rédaction
Oui Monsieur nous avons lu l'intégralité du rapport d'enquête publique et avons participé à 3 réunions d'information où vous étiez. Un de nos journalistes a une formation pointue sur ce que vous appelez la perception visuelle. Il a vérifié que les images étaient le reflet de la future réalité. Pour les éoliennes en sud-Loire depuis la base sous-marine, la distance n'est pas la même et ce n'est pas objectif de faire cette comparaison.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter