www.media-web.fr

Dernières cartouches des pro-Notre-Dame-des-Landes

Les partisans inconditionnels du projet d'aéroport de Notre-Dame-des- Landes vivent dans l'attente de la décision que doit prendre l'Elysée.

Comme s'ils pensaient encore pouvoir peser sur le cours des choses, toutes les grosses ficelles du manuel du parfait petit communicant sont utilisées. Il faut saturer les défenses de l'adversaire, multiplier les interventions dans les médias, claironner chaque résultat. Bref, il faut faire croire au bon peuple, qui s'en fiche royalement, que l'avenir de la région, voire de la planète, passe par la construction de cet aéroport. Agiter les peurs des gens en montrant un avion en carton censé s'écraser sur le parvis de la cathédrale frise le ridicule. Combien y-a-t-il eu d'accidents d'avion sur l'aeroport depuis cinquante ans? A notre connaissance, aucun.

Et il n'y a pas de fait véritablement nouveau. Année après année, le nombre de passagers de Nantes-Atlantique augmente certes, mais question saturation d'un aéroport, c'est surtout le nombre de vols qui importe. Or, cet argument de la soi-disant saturation due au nombre de passagers est au centre de l'argumentaire; "C'est un peu court, jeune homme", comme faisait dire Edmond Rostand à Cyrano. En général, on dit qu'un aéroport est saturé lorsque le nombre d'avions à acceuillir dépassent ses capacités en matière d'installations (pistes, taxyways ou parkings, notamment) mais pas en nombre de passagers traités...Certes, l'actuel aéroport est perfectible. On peut améliorer le traitement des passagers au départ comme à l'arrivée en augmentant le nombre de points de dépose des bagages, on peut aussi augmenter le nombre de passerelles au contact permettant un accés direct entre l'avion et l'aérogare (5 seulement à Nantes contre 27 à Orly-ouest et seulement 2 prévues à NDDL....) mais ce ne sont que des adaptations normales. C'est un peu comme si on décidait de changer de voiture "parce que le cendrier est plein".

Pourquoi ces choses-là n'ont -elles pas été réalisées plus tôt ? Probablement parce que le concessionnaire de l'actuel aéroport et le constructeur du futur sont confondus en une même entité, les bénéfices de l'exploitation du premier fournissant partiellement les ressources pour la construction du second. A vrai dire, les passagers ne gagneront pas grand'chose et les contribuables risquent de perdre beaucoup, au moment où les mannes de l'Etat cessent d'irriguer nos collectivités territoriales...

Auteur : JG | 27/11/2017 | 5 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 28 novembre 2017 à 17h20 par nico2Nantes, Nantes
J’ai du mal à comprendre qu’un média qui se dit au service du développement économique de son territoire n’approuve pas la réalisation d’un équipement structurant pour l’aménagement d’un Grand Ouest loin des flux économiques européens. Pour moi NDDL doit être considéré, à l’instar de la Cité des congrès, le Zenith ou la LGV en leur temps, et comme demain l’agrandissement de la gare de Nantes, comme un outil au service du rayonnement économique, touristique, culturel de la Bretagne et des Pays de la Loire.

Rédaction
Depuis le début nous donnons la parole à ceux qui sont pour et à ceux qui sont contre. Et nous ouvrons nos colonnes aux politiques qui souhaitent exprimer leur sentiment sur le sujet.
#2 - Le 29 novembre 2017 à 03h07 par Fourage, Ouest Atlantique
La voix des "Oui à N.A " Information distribuée aux usagers de Nantes Atlantique, une gare SNCF pour desservir l'aéroport,


La mise en sommeil du projet Notre-Dame-Des-Landes ou son abandon mettrait de facto un terme au projet "AGO" (Aéroport du Grand Ouest).

Dans cette perspective bien réelle, l'association NEXUS réaffirme son soutien au projet "ADO" (Aéroport De l'Ouest) basé pour l'essentiel sur l'utilisation et l'optimisation de structures Rail / Air / Route existantes.

L’association procède sur le site à l'information des usagers de Nantes-Atlantique de son projet "Aéroports De l'Ouest" dont une desserte SNCF performante à 50 mètres seulement de l'aéroport. Un projet au service véritable de l'économie, des habitants et conforme aux orientations du Grenelle de l'Environnement.

Ci-dessous le communiqué suivi de 2 plans transmis actuellement en main propre à ces usagers:
http://www.nexus-asso.fr/wp-content/uploads/2017/11/Info.flyers.Usagers.N.A.pdf


Bernard Fourage
www.nexus-asso.fr
terrennesstgilles@nexus-asso.fr

(*) NEXUS, association "soutien" de solutions de transport.
#3 - Le 29 novembre 2017 à 08h30 par Lemere
@nico2Nantes
Comme vous je suis attaché au rayonnement,économique touristique, culturel de notre région PDLL ( excusez du peu, mais la Bretagne ne vas pas fermer pour notre seul.plaisir, Rennes ou Brest).
Et par conséquent,pour avoir un,aéroport digne de ce nom à l'emplacement de ....l'actuel.
Merci a Média Web pour cet article qui simplement et clairement montre que non, nous n'avons pas besoin de NDDL.
#4 - Le 29 novembre 2017 à 09h08 par martine forez, Savenay
J'ai entendu, que le gouvernement pour ne pas perdre la face, allait proposer un référendum régional Pays de la Loire, Bretagne. Ce qui serait cohérent car les deux régions, donc les contribuables financent le projet.
#5 - Le 03 décembre 2017 à 15h45 par Jean Goychman, GuÉrande
En réponse à Nico2Nantes On retrouve chez vous le discours classique de ceux qui pensent qu'en créant le moyen, on induit son utilisation. C'est simplement oublier que, pour que cela fonctionne, il faut une demande nouvelle. Les aéroports n'ont jamais vraiment contribué à l'essor économique d'une région dans nos pays développés et c'est grace au tourisme (motivation personnelle)que le transport aerien de masse se développe. Seulement voila, le tourisme aerien ne concerne que les pays de destination où la vie n'est pas chère et que l'offre globale (voyage + sejour) est attractive. Pour le développement économique de notre région, nous n'en sommes pas encore là...Pour l'instant, d'autres sont mieux placés

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter