www.media-web.fr

Conduite déviante et éthylotest obligatoire

Annoncée depuis de nombreux mois l'obligation de détenir un éthylotest dans son automobile s'affiche au Journal Officiel. Le défaut de cet appareil sera puni à partir de novembre. En pleine campagne électorale, pour l'instant, cette « petite nouvelle » passe inaperçue alors qu'elle devrait nous interroger. Media-web a rencontré un opposant à cette mesure.

Max 55 ans, permis depuis plus de 35 ans, sans accident, (écorné d'un point récemment pour un dépassement de vitesse) ne décolère pas depuis l'annonce de l'obligation de détention d'un éthylotest dans son automobile personnelle.

Oui à toutes les mesures de sécurité

Max explique qu'il est d'accord avec l'obligation d'assurance « évident » ! Avec l'obligation de détenir un permis valide « il faut bien une règle », avec l'obligation « des loupiotes de rechange », « des gilets vilains », du contrôle technique « même si souvent c'est un peu superflu, et bien coûteux quand on entretient son tacot ». Il oblige aussi « les gamins à mettre un casque pour le vélo ».
Il explique qu'il est favorable aux limitations de vitesse « surtout en ville », « sur l'autoroute ça pourrait se discuter, mais bon c'est plus économique en carburant ».
Mais qu'on lui parle de l'éthylotest et c'est la fureur qui se déchaîne.

Qu'ils baissent le seuil alors !

« On nous rebat les oreilles avec des slogans tel que '' celui qui conduit est celui qui ne boit pas'' ; alors qu'on baisse le seuil de la tolérance ! Qu'on punisse plus fort ceux qu'on arrête en faute !
Mais qu'on m'explique pourquoi je dois avoir dans ma voiture un outil qui va mesurer ce qui ne doit pas exister ?
Pourquoi pas aussi un matériel pour prise de sang obligatoire, et une boîte de capotes? Qui dit que je ne vais pas refiler une MST à un passager de mon auto.
C'est quoi ces façons : de soupçonner qu'on a triché et de nous faire payer le moyen de « se faire gauler »
 ? Ils m'arrêtent, ils me font souffler dans « leur ballon », ils me font une prise de sang avec « leur matos ».
Bientôt pour aller au supermarché gronde-t-il faudra se « mettre à poil » sous notre blouse sans poche ? pour prouver qu'on n'a rien piqué ? Pareil pour aller voter ? Quoi d'autre ? « Moi je ne bois pas si je dois conduire, je m'en fous, ils ne trouveront rien. Ce n'est pas par vertu. Si je veux me « mettre sur le toit je le fais chez moi, loin des k...s ». « C'est par sécurité, la bagnole c'est une arme lourde. On est  assez « de c... » à s'en servir pas la peine qu'en plus on soit alcoolisés ».

« Mais c'est un point de liberté. Je n'ai pas à payer pour montrer que je me conduis correctement ».
Alors quand les gendarmes arrêteront Max, il refusera de souffler dans le ballon. Il exigera une prise de sang légale. Comme il a commencé à se déshabiller en demandant qu'on aille chercher un huissier, dans un supermarché quand on lui a demandé d'ouvrir son cartable. « Je ne suis pas un voleur, s'ils le disent, qu'ils le montrent, mais avec leurs moyens, pas avec ma complicité ».

Pourquoi cet « anti-éthyliquement » correct ?

Cette mesure ne fait pas bondir grand monde.Pourquoi ?
Serait-ce que parler d'alcool met tellement mal à l'aise quand la plupart s'accordent à dire que l'alcool « au volant » est un fléau ? Pas l'alcool en fait ; il suffit de voir les ravages qu'il fait chez les très jeunes, dans une indifférence presque générale.« L'alcool au volant ».
On entend même « ah oui, c'est bien, si on a un doute, avant de prendre le volant... », ou « l'auto qui ne démarrerait que si éthylotest donne le feu vert ». Pas parce qu'on risque l'accident et la vie des autres...mais juste pour ne pas se faire verbaliser. « L'alcool au volant- non » ; mais hypocrisie, peut-être.

Max ne payera « pas pour ceux-là ». Il payera sûrement pour faire « sa tête de chien », comme il a déjà payé parce qu'il exhibe des copies de ses papiers d'identité. Il refuse d'avoir sur lui l'original de « ses papiers de police » parce qu'il les perd et qu'on les lui a volés, une vieille habitude de voyages lointains aussi. Il sait qui il est, et il n'a pas besoin de « se trimballer avec l'étiquette AOC* ». Il ira une fois de plus au poste.
« Cette fois dit-il, je crois que j'irai aussi au tribunal « parce que ça va bien ! ça sera quoi la prochaine fois ? Une puce greffée ou une web cam à mon oreille, pour montrer que j'ai bien traversé  dans les clous, ou que je n'ai pas dit de gros mots ?»


Max est furieux parce qu'il pense que  «la charge de la preuve incombe au demandeur ».

AOC : Appellation Origine Contrôlée

 


 

Auteur : JBR | 01/03/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Les accords d’Évian : pavane pour une France qui s’en va »
Article suivant : « Des lotos à en perdre la boule ! »

Vos commentaires

#1 - Le 04 mars 2012 à 22h55 par marcel, Pompas
Ils peuvent aller se faire voir je n'achèterait pas l'ethylo c'est contraire aux droits de l'homme.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter