www.media-web.fr

Clashs en série à la CARENE

Deuxième vice-président de la CARENE mais voulant intégrer Cap Atlantique, Robert Belliot reste au poste. Ce qui n’empêche pas quelques piques entre élus.

Sur l’ensemble du premier conseil communautaire 2012 de la CARENE, peu d’allusions à la consultation de dimanche où les Pornichétins ont voté pour le rattachement à Cap Atlantique. Pourtant, dès la première délibération (le débat d’orientation budgétaire), François Billet de Saint-Nazaire, conseiller communautaire, avait lancé l’avant-garde en parlant de « la triste actualité locale. Nous dénonçons très violemment l’esprit qui est derrière la consultation du rattachement de Pornichet à Cap Atlantique ». Alléché par ce beau début, tout le monde écoute avec attention la leçon d’histoire qui s’ensuit où il évoque la fuite de Saint-Nazaire à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, puis le fait que les ouvriers sont revenus alors que les riches sont restés à Pornichet, La Baule, … Et d’ajouter qu’il « est absolument lamentable aujourd’hui de chercher à structurer ces clivages entre riches que seraient tous les Pornichétins et les pauvres qui seraient tous les Nazairiens. Demain on mettrait une barrière et des policiers entre nos deux territoires ». Un beau casus belli resté lettre morte car noyé entre des reproches au gouvernement et des remarques sur le budget. Personne n’a repris la balle au bond…

Anne-Catherine Roudeix vs Olivier Richard

Une escarmouche a eu lieu aux alentours de la délibération 10 sur la redevance spéciale des déchets non ménagers. Le sujet ne semble pouUrtant pas si polémique que cela (du moins pour les élus). Ce n’est pas l’avis d’Anne-Catherine Roudeix de Pornichet, conseillère communautaire, qui se fait la championne de sa ville. Elle souligne que des commerçants du centre-ville de Pornichet sont dans la même situation que ceux du centre-ville de Saint-Nazaire et qu’il aurait été souhaitable de les intégrer au projet (voir l’article sur le conseil communautaire de la CARENE). « On crée deux poids deux mesures encore une fois avec Pornichet », ajoute-t-elle, tendant le bâton pour se faire battre. Avec le sourire, Olivier Richard de Saint-Nazaire, premier vice-président, lui répond et précise que « c’est un projet inscrit dans le temps ». Ce qui ne semble plus être le cas de Pornichet dans la CARENE.

Robert Belliot vs Joël Batteux et Marie-Anne Halgand

Enfin, alors qu’on ne s’y attendait plus, c’est finalement Robert Belliot qui prend l’initiative de la bataille. Il commence par évoquer la victoire du oui avec 62,92 % des suffrages « pour que Pornichet revienne à son territoire naturel de la Presqu’Île guérandaise où les grands projets sont plus touristiques qu’industriels ». S’en suit l’apologie de la vie démocratique pornichétine avec « la participation record », « la population qui fait honneur à la démocratie locale » et de conclure en disant qu’il y a eu « un vrai débat ». Le maire de Pornichet ajoute regretter la lettre ouverte de Joël Batteux « qui a été très mal perçue ; cela a été ressenti comme une forme de pression en jouant sur la peur ». et d’accuser le maire de Saint-Nazaire d’avoir exigé des maires des communes, par le vote d’une motion spéciale, qu’ils émettent un avis défavorable au départ de Pornichet qu’il qualifie de « contraire à l’article 72 de la Constitution car irrespectueuse de la libre administration des collectivités territoriales ». Une allégation qui provoque un tollé général, les maires étant visiblement choqués par une telle déclaration. Joël Batteux se défend d’avoir jamais exigé cela des maires et même d’avoir incité à voter non. Et Marie-Anne Halgand de Saint-Joachim, septième vice-président, de contre-attaquer : « Robert tu ne peux pas parler ainsi au nom des maires. Nous avons montré qu’il allait y avoir un très fort impact financier sur toutes nos collectivités ».

La paix blanche fut instaurée à la fin du conseil, mais le maire de Pornichet n’est pas resté pour le « verre de l’amitié »…
 

Auteur : AP | 07/02/2012 | 3 commentaires
Article précédent : « CARENE : les recettes baissent mais pas l’investissement »
Article suivant : « André Trillard salue les actions du gouvernement concernant l'accès aux soins de qualité »

Vos commentaires

#1 - Le 09 février 2012 à 11h22 par Ah bon !
Clashs en série à La Carene ? Ah bon !!!
Je suis désolé, mais j'étais présent à ce conseil communautaire, j'y étais justement allé en pensant qu'il y'aurait eu des clashs. Mais non rien, ce fut trés calme.
#2 - Le 09 février 2012 à 13h47 par La-men-ta-ble
Toutes ces invectives puériles et affligeantes ne relèvent pas l'image des élus.
R Belliot est sans doute le plus étonnant.
Beaucoup à l'UMP sont écœures de ses pratiques populistes et anti démocratiques.
Triste avenir avec ceux qui ne sèment que la haine et la division des citoyens.
#3 - Le 10 février 2012 à 12h51 par Pornichétin lambda
Il est vraiment incroyable le maire de Pornichet et au raz des pâquerettes, il divise partout, même dans son camp mais le plus drôle c'est qu'il parvient à rallier l'ensemble des administrés contre sa politique autoritaire et complètement obsolète !
On ne peut quand même pas laisser Pornichet partir à vaux l'eau et entraîner les intercom dans ses dérives.
J'ai le sentiment que les élus de CAPA autant que de la CARENNE ne se font plus aucune illusion sur la capacité de R. BELLIOT de diriger une ville. Ne peuvent-ils rien faire de concret qui puisse arrêter cette mascarade. Ceux qui soutiennent l'équipe BELLIOT disent que, pour ce qui concerne, la procédure critiquée de la consultation participative, tout a été fait légalement et, la preuve en est, le Préfet qui assure le contrôle de légalité n'a rien trouvé à redire. Mais justement, nous aimerions savoir : Cette consultation a t'elle reellement fait l'objet d'un contrôle de légalité ?
Qui pourrait répondre à cette question majeure ?
Merci d'avance

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter