www.media-web.fr

Christophe Priou a fait une plus-value sur la revente de sa permanence parlementaire, financée par un crédit de l’état.

Le député Christophe Priou a fait l’information dans Libération, Paris Match, Nice-Matin, et l’émission « Pièces à conviction » en cause l'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM).

L’association pour une démocratie directe a enquêté sur l’utilisation des frais de mandats par les députés qui en ont profité pour s’enrichir personnellement. 

Les députés ont droit à des frais de représentation, de louer une permanence pour recevoir les électeurs ou permettre à leur assistant parlementaire de travailler. Certains petits malins ont acheté leur permanence avec un crédit consenti par l’assemblée nationale à un taux très avantageux de 2%. L’émission a mis en relief le cas de Christophe Priou (Les Républicains)  député de Loire-Atlantique qui a acheté une permanence assortie d’un logement au premier étage lors de son premier mandat. Le député a revendu depuis et a empoché la plus value de 165 000 euros.

Ce dernier a fait observer : «  c’est légal, il faut que les choses soient claires, soit c’était permis, et même on pouvait bénéficier de crédits parlementaires, soit ça ne l’était pas. Aujourd’hui, ce n’est plus possible, dont acte», argumente Priou devant les caméras de France 3. Beaucoup de ses collègues ont profité de cette pratique pour préparer leur départ du Palais Bourbon, inquiets de ce qu'ils deviendraient à l'issue de leur mandat. «Ce sont des choses auxquelles on pense», confie Christophe Priou à la caméra. Le bureau de l’assemblée nationale a depuis interdit cette pratique sans effet rétroactif.

Sur 306 députés de l'actuelle législature et de la précédente, près de 11% ont acheté une permanence grâce à un prêt de l'Assemblée et 17% une résidence en circonscription, d'après l'association.

Pour une démocratie directe "réclame l'ouverture d'instructions judiciaires pour définir toutes les responsabilités des parlementaires découlant d'un possible manquement au devoir de probité".

Autre angle d'attaque de l'association: elle a relevé, en scrutant les adresses des permanences parlementaires, que 23 d'entre elles correspondaient à des adresses de sections locales de partis, et que 82 ont été utilisées comme lieu de vote interne à un parti. Sans compter les permanences qui appartiennent à une association politique, à laquelle un loyer est versé, prélevé sur l'IRFM.

Ainsi d'après l'association, ces pratiques sont "une manière de contourner la loi sur le financement de la vie politique, qui interdit à l'Etat de procurer un avantage".

11/09/2015 | 8 commentaires
Article précédent : « Mobilisation moyenne pour l’emploi en Loire-Atlantique »
Article suivant : « Révision du Scot du Pôle métropolitain en Loire-Atlantique »

Vos commentaires

#1 - Le 11 septembre 2015 à 13h49 par Jean-louis Garnier
Le vrai scandale, bien au delà de la personne de M. Priou (voir les enquêtes des contribuables associés ou de France info en janvier 15)c'est l'usage par la classe dirigeante de l'argent publique c'est à dire celui des particuliers contribuables! Cette privatisation en faveur de soi même, de quelques obligés ou groupes privilégiés est intolérable!
#2 - Le 11 septembre 2015 à 13h57 par soizick, La Turballe
bravo une fois de plus à mediaweb qui a le courage de sortir ce genre de dossier. On aura un idée plus claire de la personnalité de Priou, qui est plus actif pour faire des affaires que s'occuper de ses électeurs (et de sa famille); faites un petit test, demandez lui un rv pendant que la chasse est ouverte, vous l'obtiendrez, à la fermeture de ladite chasse. voila un exemple parmi d'autres. pauvre classe politique, pourrie de l'intérieur, sclérosée, corrompue
#3 - Le 11 septembre 2015 à 14h01 par legendre
ce qui était peut être légal (du moins à l'époque) n'en demeure pas moins immoral et indigne des fonctions d'un député (ce qu'il avoue d'ailleurs à demi mot)

que ce monsieur rende ce qui doit revenir aux contribuables
#4 - Le 12 septembre 2015 à 11h44 par Beber, Saint Brevin Les Pins
Pour un élu se retrancher derrière le fait que cela soit légal ne fait pas preuve d'une grande éthique.
#5 - Le 12 septembre 2015 à 15h15 par LEPAROUX
C'est légal donc c'est normal même si c'est immoral.

Malheureusement C. Priou n'est pas le seul et après on s'étonne que les députés soient discrédités au regard de ce comportement et de celui dans l'hémicycle...
#6 - Le 13 septembre 2015 à 19h57 par raoul
et dire que c'est le seul député de droite en 44; il y a vraiment du boulot pour changer ce personnel politique usé, corrompu. Vous avez vu le classement des députés ? Priou est dans les derniers, il est vraiment mauvais
#7 - Le 12 février 2016 à 18h43 par DENIE, Guerande
Voila une nouvelle qui ne fait que renforcer la mauvaise image de nos "politiques" . Et ce sont nos représentants ! ... Qu'il rende cet argent au contribuable .
#8 - Le 24 février 2016 à 12h51 par Chevalin, Angers
Voilà donc un monsieur qui traite les habitants et sympathisants de Notre Dame des Landes du terme de "voyous"!

Ce serait amusant de savoir sa définition du mot "voyou"!
Pour moi il n'y a pas photo! Mon fric est parti dans sa maison... Qu'on appelle les CRS pour le virer! Il est chez nous, pas chez lui!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : 0609309562  |   Nous contacter