www.media-web.fr

CARENE : le budget 2012 a été voté

C’est le budget qui a été le sujet le plus important du conseil communautaire de la CARENE. Certaines autres délibérations sont intéressantes : celles sur la STRAN, Destination 2030 et l’information sur les EMR.

Pour l’année 2012, le budget primitif de la CARENE est de 211 M €.
Les dépenses de fonctionnement (nécessaires au bon fonctionnement de la collectivité) sont de 120 M € .
Les budgets les plus importants sont le budget principal, celui de l’eau et de collecte et traitement des déchets. Les dépenses d’investissement (équipements et remboursement des emprunts) sont de 91 M € ; les budgets les plus importants sont le budget principal (habitat, soutien aux communes ou encore maintenance du patrimoine), celui des transports et déplacements (la fin des travaux d’HélYce) et celui de l’assainissement (terminer la station d’épuration est). « Pour le budget d’investissement, je félicite la politique de la CARENE pour l’habitat. Mais l’écart subsiste entre demande et attribution de logements sociaux. 62 % des demandes de logements ne sont pas satisfaites », regrette Hubert Delahaie, conseiller communautaire (Montoir-de-Bretagne).

Taxes : la perte de la taxe professionnelle a fait perdre de la raffinerie 9 M €, de Airbus 6 M €, de Elengy 3 M €, … « Ce sont des pertes importantes pour les villes industrielles et sans contrepartie. Quand on sait qu’on aura à cotiser pour le fonds de péréquation, c’est le monde qui marche à l’envers ! », explique Olivier Richard, premier vice-président (Saint-Nazaire). « Et dans une période ou tout le monde veut sauver l’industrie », souligne le président, Joël Batteux.

Emprunts : la majorité de la dette (95 % soit 114 M €) est constituée d’emprunts tout à fait sûrs. Les 5% (soit 6, 5 M €) restants sont des emprunts dits toxiques contractés auprès de Dexia.

Les EMR dans la région

Les énergies marines renouvelables (EMR) ont fait l’objet d’une information. Avec les projets d’Alstom, de DCNS, de l’École Centrale de Nantes, … C’est une véritable filière EMR qui se dessine entre Nantes et Saint-Nazaire. « La création  du technocampus EMC2 de Bouguenais, est un investissement fort qui nous a appris à travailler ensemble. Ça nous a permis de répondre rapidement quand il y a eu l’appel à projet pour l’IRT », précise Joël Batteux. Le technocampus est un centre leader dans le développement de technologies innovantes pour la fabrication et l’assemblage de pièces de grandes dimensions en composites hautes performances. Ce technocampus a coûté 500 000 €, le nouveau en lien avec l’IRT coûtera 590 000 €. Quant à l’IRT, il coûtera au total 136 M € dont 3, 590 M € payés par la CARENE.
Il existe d’autres projets comme le projet de navire de Dreyfus ou encore le houlomoteur, dont un site d’essais en mer a été décidé par la Région (entre le plateau du Four et le Banc de Guérande). L’un des plus étonnants se trouvera à Saint-Nazaire et Montoir-de-Bretagne, il s’agit d’un projet triple composé d’une plateforme de « réalité virtuelle » (pour anticiper les choix de conception et d’industrialisation) prévu pour 2014, d’un atelier du futur (intégration et expérimentation de différents process) prévu pour 2016-2017 et d’une plateforme « bord à quai » (réalisation de prototypes de très grandes dimensions) prévue pour 2015-2016. Elles feront partie de l’IRT Jules Verne. Le coût total s’élève à 20 M € dont 2 M € payés par la CARENE.

Mais aussi

Destination 2030. Le projet en cours à Saint-Nazaire (le dernier point d’étape est loin d’avoir l’aval de tous les élus de la CARENE). Ils ont été nombreux (24) à s’abstenir mardi soir sur une délibération apportant une subvention exceptionnelle à l’Agence de Développement de la Région Nazairienne (ADDRN) de 136 792 €. Joël Batteux a dit « regretter ces abstentions dans un contexte où on décide de mettre en place une démocratie participative. Ce n’est peut-être pas la meilleure solution, mais au moins on fait quelque chose ».
STRAN. Ont aussi été soumis au vote les comptes de la STRAN, la réorganisation du transport et la création d’une nouvelle gamme tarifaire. Cette nouvelle gamme qui serait dans la moyenne des tarifs fait aussi dire à Christian Saulnier, quinzième vice-président (Saint-Nazaire), qu’il « est fondamental de changer les comportements. Les recettes ne sont pas la charnière de la STRAN. Il va falloir rediscuter de cette politique tarifaire ». Et il prend l’exemple du pic d’utilisation des transports en commun dans une ville où la gratuité a été instaurée. À quand donc le bus gratuit ? Pas pour tout de suite si on en croit le manque d’enthousiasme des autres élus de la CARENE.

Auteur : AP | 28/03/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Saint-Nazaire Associations entre dans la démarche Destination 2030 »
Article suivant : « 710 000 € débloqués pour les écoles comportementalistes de Nantes et Saint-Nazaire »

Vos commentaires

#1 - Le 31 mars 2012 à 08h33 par Jean-Louis garnier
Certains avaient oubliés que la réforme de la taxe professionnelle était une réforme en faveur de l'industrie, nous pas! c'est pourquoi je l'ai soutenu à plusieurs reprises devant le conseil municipal lorsqu'elle avait été attaqué par la majorité socialiste et Olivier Richard.
Contrairement à ce qu'affirme mensongèrement le PC, ces gains servent à la recherche-développement, à l'investissement voire assure tout simplement une aisance de trésorerie bien utile en ces moments de frilosité bancaire.
Par ailleurs les collectivités territoriales n'ont rien perdu ; elles disposent de la même ressource ; c'est leurs espoirs de croissance incessante de leurs rentrées qui cessent et c'est tant mieux : La croissance continue de la dépense publique locale doit être ralentie voire arrêtée.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : 0609309562  |   Nous contacter