www.media-web.fr

Cap Atlantique tient à son patrimoine

Cap Atlantique et la fondation du patrimoine viennent en aide aux propriétaires ayant un patrimoine à rénover. 37 projets ont déjà reçu leur soutien dont deux maisons à La Baule.

Une balade à La Baule ou au Pouliguen est l’occasion d’admirer de magnifiques maisons. Celles qui retiennent souvent l’attention, ce sont les résidences secondaires construites entre la seconde moitié du XIXe siècle et la première du XXe. Atypiques, colorées voire enchanteresses, ses maisons font rêver. Mais il arrive que leurs propriétaires ne fassent pas suffisamment attention à leur entretien. C’est là que la fondation du patrimoine et Cap Atlantique entrent en scène.
La fondation du patrimoine est un organisme privé indépendant qui a pour mission de promouvoir la connaissance, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine national, particulièrement celui non protégé par l’Etat. Dont les maisons. La fondation est habilitée par le ministère de l’économie et des finances à octroyer un label fiscal. Il permet aux propriétaires d’avoir des déductions fiscales ou avoir des subventions, s’ils font les travaux nécessaires.
Les liens entre la fondation et Cap Atlantique datent de 2003 quand une convention est signée. Leur but : accompagner les propriétaires privés voulant restaurer leur patrimoine. « Nous offrons des déductions fiscales, une subvention de 1 % du montant des travaux ainsi que des conseils et du soutien technique avec les architectes des bâtiments de France », explique Françoise Haudebourg, adjointe en charge de l’action et de l’habitat. ainsi 37 projets sont labellisés (dont 14 à La Baule, 6 à Guérande et 6 à Piriac-sur-Mer) avec un investissement de Cap Atlantique de 28 371 €, permettant de défiscaliser près de 3 M € de travaux.

Encadrements rouges et verrières

Avenue Olivier Guichard, plusieurs maisons pourraient être candidates. Deux viennent d’ailleurs de recevoir la labellisation de la fondation du patrimoine : le 15 avenue Olivier Guichard et le 20 avenue Olivier Guichard.
Au 15 avenue Olivier Guichard, une jolie et très reconnaissable maison en pierre rehaussée de bois peint en rouge datant de la fin du XIXe siècle. « Elle a été construite par Darlu pour sa bonne amie », explique l’actuel propriétaire, M. Barrau. Les travaux, qui ont duré un an, ont permis de redescendre le rez-de-jardin, de refaire le jardin et les verrières du bow-window.
Au 20 avenue Olivier Guichard, la maison est elle aussi très reconnaissable avec une superbe véranda accrochée sur son côté droit. Elle a été construite entre 1907 et 1910, occupée par des Allemands pendant la Seconde guerre mondiale puis par des Français pendant quelque temps, avant de retrouver son propriétaire. La famille Bahuaud, actuelle propriétaire, l’a achetée en 2006. C’est la véranda qui a été refaite : la structure principale a été gardée, tout le reste a été démonté et restauré en atelier. Une riveteuse de 1920 a même été remise en état pour ce chantier.

Encadrements rouges et verrières

Avenue Olivier Guichard, plusieurs maisons pourraient être candidates. Deux viennent d’ailleurs de recevoir la labellisation de la fondation du patrimoine : le 15 avenue Olivier Guichard et le 20 avenue Olivier Guichard.
Au 15 avenue Olivier Guichard, une jolie et très reconnaissable maison en pierre rehaussée de bois peint en rouge datant de la fin du XIXe siècle. « Elle a été construite par Darlu pour sa bonne amie », explique l’actuel propriétaire, M. Barrau. Les travaux, qui ont duré un an, ont permis de redescendre le rez-de-jardin, de refaire le jardin et les verrières du bow-window.
Au 20 avenue Olivier Guichard, la maison est elle aussi très reconnaissable avec une superbe véranda accrochée sur son côté droit. Elle a été construite entre 1907 et 1910, occupée par des Allemands pendant la Seconde guerre mondiale puis par des Français pendant quelque temps, avant de retrouver son propriétaire. La famille Bahuaud, actuelle propriétaire, l’a achetée en 2006. C’est la véranda qui a été refaite : la structure principale a été gardée, tout le reste a été démonté et restauré en atelier. Une riveteuse de 1920 a même été remise en état pour ce chantier.

Auteur : AP | 25/07/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Découvrir, sortir, bouger à Cap Atlantique »
Article suivant : « UMP 44 avec Annick Le Ridant accrochez-vous ça va décoiffer ! »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter