www.media-web.fr

CAP Atlantique mise sur son PAPI

Le conseil communautaire de Cap Atlantique s'est réuni ce jeudi soir pour traiter d'importants sujets dont le PAPI : programme d'action et de prévention des inondations.

Les programmes d'actions et de préventions d’inondations ou PAPI sont des dispositifs contractuels proposés par l'été pour accompagner techniquement et financièrement les territoires qui s'engagent dans des programmes globaux de prévention des inondations à l'échelle des bassins de risque cohérents.
Il est imposé sept axes :
- amélioration de la connaissance et de la conscience du risque ;
- surveillance prévision des crues et des inondations ;
- alerte et gestion de crise ;
- prise en compte du risque inondation de l'urbanisme ;
- réduction de vulnérabilité des personnes et des biens ;
- ralentissement des écoulements ;
- gestion des ouvrages de protection hydraulique.

Sont plus  particulièrement concernées :
- Les zones urbanisées aux abords de l'étier du Pouliguen (7,4 M€).
- Les habitations et bâtiments artisanaux qui méritent un diagnostic (budget 450 000 €) de réduction de vulnérabilité (500 maisons environ dont 390 au Croisic), les travaux restant à la charge des propriétaires.
- Les marais salants des bassins de Guérande et du Mès.

Compte tenu de l'ampleur des travaux « qu'on ne peut pas réaliser tout seuls, il s'agit de prendre rang ». La stratégie étant que les fonds de l'état étant plus que modérés, « plus tôt on sera prêt, plus tôt il sera possible de capter les fonds nécessaires. C'est une étude. Il s'agit d'un document d'objectif». Jean-François Guitton explique « il faut admettre le risque et diminuer la vulnérabilité, quand nous aurons obtenu le label, les réalisations pourront être financées avec le concours de l'État ». Michelle Quellard, maire du Croisic fait part de sa préoccupation concernant les financements suite aux baisses des dotations de l'État. Le président Métaireau indique qu'il y a 5 000 km de digues à refaire en France, qu'il est donc important « d'être les premiers ». Il illustre son propos par un exemple « pour les communes qui ont fait, des marchés, des halles, et monté des dossiers FISAC, il n'y a plus de sous... ». Yves Lainé,maire du Pouliguen, et régulièrement interrogé à ce sujet aux conseils municipaux au sujet de la nouvelle halle du marché, n'a pas bronché.

Le programme est composé de 34 actions pour un montant de 9,5 millions d’euros. L’idée est de constituer un syndicat mixte incluant les communes, l'État, le conseil départemental,le SIVAu du port de pêche et de Plaisance de La Baule le Pouliguen, Cap Atlantique comme animateur et assemblier, et l'ASA (association syndicale autorisée) qui est unanimement saluée pour sa compétence et dont « il n'est pas question de se passer »« Il faut conserver le savoir-faire local des paludiers» souligne Danielle Estay (EELV Guérande).

Concernant les travaux et le manque de financement Danielle Rival souligne avec l'exemple du pont du Bérigo : « on nous a obligés à cercler les piliers,  les communes ont payé et il n'y a pas de suivi ».

Les membres de l'assemblée ont salué le travail considérable effectué sur ce dossier et on validé le programme, donnant leur accord pour que Cap soit la structure animatrice et assemblière, revoit ses statuts pour avoir la légitimité juridique, créée un syndicat mixte, recrute un chargé de mission dès l'approbation du PAPI.
La labellisation prévoit plusieurs étapes d'examen du dossier PAPI, dont la dernière est l'avis  de la commission mixte inondation nationale le 10 juillet 1013.
 

Auteur : LY | 15/03/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Cap Atlantique signe des contrats de partenariat »
Article suivant : « Montebourg débloque 20 millions d'euros pour des projets de bateaux innovants »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : 0609309562  |   Nous contacter