www.media-web.fr

Bretagne/Loire-Atlantique : les politiques complètement à l'ouest !

Que l'on soit rive droite ou rive gauche de la Vilaine, les élections régionales sont l'occasion de relancer le débat sur le rattachement de la Loire Atlantique à la Bretagne. Et que l'on soit candidat de droite, du centre ou de gauche, on n'est pas à une contradiction près sur le sujet. Visiblement, on ne parle pas la même langue des deux côtés du pont de La Roche Bernard.

Epargnées par la récente réforme territoriale et le redécoupage des régions de l'hexagone, la Bretagne et les Pays de Loire ont échappé aux débats sur l'hégémonie de telle ou telle ville sur le nouveau territoire. La campagne des régionales battant son plein, elle ne peuvent néanmoins esquiver celui sur le cas de la Loire Atlantique. Et en Presqu'île de Guérande, on sait bien ce que veut dire l'expression : « Avoir le cul entre deux chaises ». Certains pensent que le gouvernement a raté là une belle occasion de régler le problème en revenant comme avant guerre à une Bretagne à cinq départements et en créant une région « Val de Loire » allant de Cholet à Orléans. C'est finalement le statu quo qui a été décidé. Et pour cause ! On ne peut pas dire que le projet fit l'unanimité de part et d'autre. Une très large majorité trans-partisane des élus régionaux des Pays de la Loire s'y est opposée, quand côté breton, les soutiens étaient plutôt timides même si les représentants de l'Union Démocratique Bretonne, composante de la majorité socialiste à Rennes, voyaient là une occasion unique d'aboutir.  C'est qu'en Haute Bretagne et notamment en Finistère, on s'inquiète déjà du déséquilibre économique et démographique du territoire, une tendance qui s'aggraverait dans des proportions dramatiques avec l'arrivée de la Loire Atlantique. Jusque là donc, rien d'incohérent. Un choix politique a été fait, avec son lot de satisfaits et de déçus.

C'était sans compter sur la campagne des Régionales et son lot de discours électoralistes selon qui se trouve dans la salle. Tenez, par exemple, un débat public s'est tenu il y a une quinzaine de jours, à Quimper, avec pour thématique la culture bretonne. Toutes les listes étaient représentées à l'exception du Front National peu enclin à débattre de la question. Face à une salle de 200 personnes très largement acquise à la cause, tous les candidats ont fait preuve d'une belle unanimité : oui à la Bretagne à 5 départements ! Avec quelques nuances toutefois selon les tendances, comme le Front de Gauche qui dit oui si c'est entériné par une consultation populaire. On image l'étonnement de certains adhérents de ces formations politiques, on devine aussi la surprise côté ligérien… On peut lire dans un article paru sur ce site récemment que, par exemple, le Parti Communiste s'est fermement opposé au rattachement du duché nantais à sa région d'origine. Ce double discours, sur une question récurrente et d'importance dans le grand ouest, est valable pour toutes les organisations politiques. Aussi, si vous êtes cadre des Républicains en Bretagne, vous défendrez la Bretagne à 5 en arguant qu'avec la réalisation de l'aéroport de Notre Dame des Landes, son, agriculture, ses ports et chantiers navals, son industrie automobile, la région sera l'une des plus puissantes en France et en Europe. Si vous l'êtes en Pays de Loire, vous aurez d'aussi bons arguments démontrant qu'il ne faut surtout pas se séparer de la Loire Atlantique, véritable poumon économique de la région.

Reste l'aspect politicien, mais n'y voyez pas malice. D'abord, les candidats bretons sont soumis à une nouvelle pression, celle de la liste « Oui, la Bretagne », issue plus ou moins du mouvement des Bonnets Rouges et conduite par le trublion Christian Troadec, militant de longue date de l'unification de la région. Son score potentiel inquiète à droite comme à gauche, comme son positionnement pour le second tour. Pour lui, le sujet est un combat symbolique et ce n'est donc pas un hasard si le thème est très présent dans la campagne bretonne. Toutefois, ,d'après les premières projections, la Bretagne devrait rester dans le giron du PS. L'issue du vote semble nettement plus incertaine en Pays de la Loire, voire même défavorable à la majorité actuelle. Mais pas calculs là-dedans nous assure-t-on.

Enfin, un sondage paru dans les colonnes du Télégramme de Brest note que les Bretons sont les français les plus heureux de vivre dans leur région à 96 %, ceux des Pays de la Loire ne sont pas loin derrière avec 89 % et particulièrement 93 % pour la Loire Atlantique. Surtout, ils sont respectivement 73 % et 82 % a apprécier le périmètre de leur région. Les politiques, eux, ne sont visiblement pas encore à l'aise avec le sujet.

Auteur : YD | 11/11/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « Régionales Pays de la Loire : Payer pour être sur la liste »
Article suivant : « Régionales Pays de la Loire : Le Front National a publié ses listes de candidats pour les 5 départements. »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter