www.media-web.fr

Binic Baie de Saint-Brieuc : Pollution et algues vertes

La plage de l’avant-port de Binic a été interdite à la baignade le 31 juillet dernier. Les toilettes pas assez nombreuses, à proximité, étaient bouchées. La baignade a été de nouveau autorisée, le 1er août après intervention d’une société spécialisée demandée par la mairie. Nous avons également constaté une pollution aux hydrocarbures dans le port. Les algues vertes sont aussi de retour. Il reste encore un gros chantier pour avoir une eau de baignade propre dans la baie de Saint-Brieuc.
Binic plage de l'avant port © SL Images & Nature
Binic plage de l'avant port © SL Images & Nature

 

« Comment voulez-vous avoir de l’eau propre quand les gens font leurs besoins en se baignant.» S’indigne une commerçante. « On manque de sanitaires sur la plage en forte saison. » Poursuit-elle.

Même s’il y a eu des progrès sensibles dans les Côtes-d’Armor, la prolifération des algues vertes, est de retour après la période de forte luminosité. La préfecture a observé une baisse de 20% par rapport à juillet 2017.

Cette année, les fortes pluies de printemps et la chaleur ensuite, ont favorisé un retour important d’algues vertes dans la baie de Saint-Brieuc.

Le phénomène remonte aux années 1970 et est essentiellement lié au développement d'une agriculture plus intensive, qui a entraîné une augmentation considérable du taux de nitrates dans les cours d'eau se jetant dans la mer.

La conjonction de la présence de lumière, de conditions climatiques favorables et des apports massifs en nitrates via les cours d’eau entraîne leur multiplication. Les échouages massifs d’algues vertes sur les plages sont donc le symptôme visible d’un déséquilibre de l’écosystème naturel lié à l'eutrophisation *.

* L’eutrophisation des milieux aquatiques est un déséquilibre du milieu provoqué par l'augmentation de la concentration d’azote et de phosphore dans ce milieu. Elle est caractérisée par une croissance excessive des plantes et des algues due à la forte disponibilité des nutriments.

Le chemin reste encore long à parcourir puisque le seul moyen de parvenir à une maîtrise des échouages est « d’affamer » les algues en azote et donc d’atteindre des concentrations en nitrates nettement abaissées, en tenant compte de l'inertie des stocks de nitrates accumulés dans les nappes au cours des 50 dernières années. " La lutte pour éradiquer les algues vertes est donc clairement un objectif de long terme, même si les baisses des teneurs des cours d'eau permettent déjà une amélioration, à conditions climatiques identiques" précise Sylvain Ballu du CEVA (Centre d'études et de valorisation des algues, basé dans les Côtes d'Armor).

Quel risque pour la santé ?

En attendant, faut-il avoir peur des marées vertes ? La question a fait couler beaucoup d’encre. La préfecture de la région Bretagne assure que « lorsqu’elles sont en mer ou déposées depuis peu sur la plage, elles ne représentent aucun danger pour la santé ». En revanche, « leur décomposition au soleil produit des gaz dangereux pour l’homme comme pour l’animal.»

Mais la préfecture des Côtes-d’Armor assure que « les algues vertes sont systématiquement ramassées par les collectivités dès lors que les quantités échouées présentent un risque sanitaire. »

Auteur : NG | 11/08/2018 | 0 commentaire
Article précédent : « En région les réactions sont nombreuses sur la démission de Nicolas Hulot »
Article suivant : « Pays de Galles – Bretagne : « cruelle comparaison » selon l’Union Démocratique Bretonne »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter