www.media-web.fr

Benoît Hamon en campagne dans son fief Brest Finistère

Le candidat à l’élection présidentielle était hier dans son pays. En meeting au parc expo de Penfeld il a fortement critiqué ses adversaires, devant 3000 personnes. Il a fait un peu moins bien que Jean-Luc Mélenchon, la veille, mais on a pu remarquer une forte mobilisation du PS et des amis du candidat originaire de Saint-Renan.
Benoît Hamon Brest
Benoît Hamon Brest

Les ténors du PS local étaient présents, le maire de Brest François Cuillandre, Marylise Lebranchu,  présidente du conseil départemental, et Yannick Jadot  EELV qui avait accompagné le candidat dans son déplacement.

Benoît Hamon s’en est pris à François Fillon qu’il a appelé le « Châtelain » "Je veux le dire solennellement, vis à vis de (...) l'indépendance de la justice, il faut juger les hommes et les femmes pour leurs déclarations: quiconque aujourd'hui met en cause la justice comme il l'a fait est indigne de la fonction de président de la République", a déclaré le candidat socialiste.

Le candidat avait choisi d’évoquer la défense des fonctionnaires et des services publics.

Il s’en est pris a ses trois adversaires principaux adversaires Marine Le Pen, François Fillon, ou Emmanuel Macron dont il dit ne plus supporter une "forme de surenchère dans le mépris" des fonctionnaires. « Est-ce que la France a plus besoin de François Fillon et de ses collaborateurs fictifs ou réels ou d’infirmiers, d’enseignants, de chercheurs, de pompiers ou d’assistantes sociales ? », a-t-il lancé.

Emmanuel Macron n’a pas été épargné « Quand j’ai entendu Emmanuel Macron proposer un jour de carence pour les agents malades, dix milliards de coupes budgétaires et surtout 120 000 suppressions de fonctionnaires, je me suis dit "tiens c’est la mode, François Fillon a lui-même trouvé son hologramme". »

il a ensuite  énuméré plusieurs de ses mesures, dont un « panier de services publics à moins de trente minutes » sur tout le territoire français, mais aussi la création de 40.000 postes dans l'Education nationale, une meilleur service aux personnes âgées comme à la petite enfance mais aussi « des moyens pour les policiers » pour éviter une nouvelle affaire Théo.

Il a lancé à l'issue de son discours « l’appel de Brest »: « Je revendique l'acte révolutionnaire dans la politique actuelle de parler à l'intelligence et au coeur des Français ».

Auteur : RGG | 02/03/2017 | 0 commentaire
Article précédent : « 380 jeunes Républicains critiquent les élus qui lâchent Fillon »
Article suivant : « Les Républicains 44 « Plus que jamais avec François Fillon » »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter