www.media-web.fr

Au sortir du conflit sur les retraites la question plane... Qui a gagné ?

Le gouvernement Sarkozy ? Oui, pour une part, pour avoir su prouver qu’il tenait bon, fermement contre la rue qui s’agitait, et montrer une image de réformateur courageux…
Pas difficile cette victoire-là puisque nous autres petits Français frondeurs, nous étions déjà très majoritairement conscients qu’une réforme était inéluctable !
Cependant même nécessaire, nous ne voulions pas de cette réforme-là, qui ne touche toujours pas aux multiples régimes spéciaux, y compris celui des élus, cette réforme qui est globalement injuste dans la répartition de l’effort à consentir.
Patricia Gallerneau Vice Présidente du Modem 44
Patricia Gallerneau Vice Présidente du Modem 44

Peu de temps après l’annonce du versement de 220 millions d’euros que nous autres contribuables offrons à B. Tapie, et en même temps que le reversement à la famille Bettencourt de 32 millions d’euros au titre du bouclier fiscal… On avait soif d’un peu d’équité, et de justice.

La rue n’a pas été suffisamment entendue, le pouvoir n’a rien cédé, les syndicats se sentent à juste titre humiliés et les Français méprisés par cette réforme aux forceps.

J’ai la conviction que cette réforme aurait aussi pu être celle du travail, de la qualité de la vie professionnelle ; un vrai chantier à ouvrir que celui de favoriser l’épanouissement professionnel…

Encore aurait-il fallu prendre le temps de négocier avec les partenaires sociaux. Sur l’unification des régimes de retraite qui doit lever les injustices si profondément ressenties : régimes spéciaux, fonctionnaires par rapport aux salariés du privé, travailleurs indépendants, et les emblématiques régimes des parlementaires et des retraites «chapeau». 

Ces avantages plus ou moins « discrets » font régner un sentiment de profonde injustice. Seule une unification, prenant en compte les droits acquis dans le passé mais donnant à tous les mêmes règles pour l’avenir permettrait de corriger les injustices et mettre fin aux privilèges. La transparence généralisée, l’individualisation des droits, l’information continue sur ces droits à tout moment de la carrière, le libre choix de la retraite à partir d’un âge légal, la «retraite par points », ou par compte individualisé, doivent être de nouveau discutés pour réformer nos systèmes de retraite.

Ces jours-ci, pour apaiser la grogne et l’humiliation des manifestants qui n’ont pu se faire entendre, on laisse croire que le bouclier fiscal serait supprimé.

Mais encore une fois se prépare une belle arnaque, qui consiste à mettre dans le paquet cadeau, la suppression de l’ISF ? Quelle est cette entourloupe que de vouloir lier les deux ? Il n’y a aucun rapport ! L’ISF n’est pas un impôt injuste, à quelques cas particuliers près… Il est dans sa première tranche d’imposition, au taux de 0,55 %, pour finir à 1,80 % ! Il est tout à fait modéré et permet en taxant légèrement le patrimoine, de corriger l’impôt sur le revenu qui n’appréhende pas toutes les formes de revenus des personnes. La base ISF pourrait en être modifiée, élargie, mais il ne faut pas le supprimer ! Sa suppression coûterait d’ailleurs plus de trois milliards d’euros au budget !

On voudrait nous faire avaler la potion en en faisant une suppression indissociable du bouclier fiscal ? Le besoin d’équité et de justice que nous ressentons profondément, serait une fois de plus piétiné.

De nombreuses voix chez les Français et dans tous les partis, se sont élevées pour dénoncer le manque d’équité de cette réforme des retraites, le déficit de dialogue, de démocratie, de justice, il nous est donc permis d’espérer être écoutés et entendus bientôt !

La classe politique retrouverait peut-être la confiance de ses mandants, le peuple se rapprocherait de ses représentants devenus si lointains…

Auteur : Patricia Gallerneau | 04/11/2010 | 3 commentaires
Article précédent : « Réformer, ce n'est ni facile, ni gratifiant, ni spectaculaire... »
Article suivant : « « Je ne parle qu'à la presse officielle ! » »

Vos commentaires

#1 - Le 06 novembre 2010 à 09h27 par Paul Berthe, Saint Nazaire 44600
Bien vu madame, l'impôt sur la fortune n'a rien à voir avec le bouclier ; il s'agit encore de faire avaler en douce une réforme qui avantagerait les mieux nantis. C'est d'une réforme totale en profondeur de la fiscalité que la France a besoin . Moins de niches quand elles sont économiquement inutiles, plus de JUSTICE , condition d'acceptabilité des réformes.
Maintenant, la manif d'aujourd'hui devient ridicule : laissons au prochain gouvernement le soin de corriger cette mauvaise réforme, surtout sur les 67 ans: inadmissible pour les longues carrières et les métiers pénibles!!!
#2 - Le 08 novembre 2010 à 21h39 par Alain, Pornichet
Pour ceux qui ne sont pas englués dans leurs soucis quotidiens, il y a matière a reflechir sur les options de ce gouvernement: sarko à un frère dans les labos et un autre dans les assurances, on a pas tout vu: le systeme de santé va pas tarder à etre démoli après tout ce qui faisait notre systeme social et la république, equitable et egalitaire. 2012 est encore loin hélas, comme dit Villepin: le problème c'est sarko, et moi: bien dit!
#3 - Le 15 novembre 2010 à 22h04 par Jérôme, Naoned
Oui le grand chantier avant les retraites aurait du être celui de l'emploi, du travail, de l'amélioration des conditions de celui-ci!Le travail ne doit plus être une souffrance mêm pour ceux qui en ont.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter