www.media-web.fr

Anti-nucléaire : ''On a gagné''

L’association Natur-Action a organisé dimanche un rassemblement pour célébrer le 15e anniversaire de la fin de la lutte contre un projet d’implantation d’une centrale nucléaire sur le site du Carnet à Frossay.

Ce n’est finalement qu’un groupe réduit de militants et de sympathisants qui s’est retrouvé sur les bords de Loire pour fêter et raviver les souvenirs d’une lutte épique qui avait mobilisé la région contre l’atome.

Une chaîne humaine contre l’atome

Jean Lassale
Jean Lassale

Même si le combat pouvait paraître démesuré contre le pouvoir politique, la pression des militants de l’époque avait fait reculer le gouvernement, notamment avec une symbolique forte : L’assemblage d’une chaine humaine estimée à 30/40 000 personnes (selon des estimations et les témoignages) entre Paimboeuf et Le Pellerin, le premier juin 1997. Aujourd’hui, la fission civile de l’atome, alimentée par le syndrome de Tchernobyl en 1986, puis surtout l’accident de Fukushima en 2011 a fait revoir la politique de développement de la politique nucléaire dans de nombreux pays.
435 réacteurs sont en activité dans le monde, dont 58 sur le seul territoire français. Si aujourd’hui, l’idée de la construction de nouvelles centrales ne semble plus vraiment être dans l’air du temps, ce n’était pas le cas au début des années 70, crise pétrolière comme argument massue, le gouvernement français projetait un vaste plan de construction de centrales dont une au Pellerin dès 1976.
François Mitterrand, fraîchement élu annonça le gel du dossier ; mais un an plus tard, il n’était que déplacé pour arriver au Carnet. On connaît la suite.
 

Un site paradoxal

Paradoxe, s’il en est, le site du Carnet héberge depuis quelques mois, le prototype de l’éolienne off shore d’Alstom, Haliade, destinée à fournir dans les années futures une partie des fermes éoliennes en mer au large de nos côtes.
Autre débat, comme celui de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes qui était sur bien des lèvres dimanche midi. Mais, on était venu pour célébrer une victoire dont l’un des artisans fut le Nazairien et ancien élu municipal Jean Lassalle. Véritable écolo dans l’âme, il est de ceux qui ont fait émerger le mouvement de contestation contre le nucléaire.

Entretien :

« J’ai commencé à étudier la question du nucléaire sous tous ses aspects durant une année entière, ensuite, j’ai organisé une cinquantaine de réunions dans toute la région jusqu’à Chateaubriant pour expliquer ce qu’était le nucléaire. Ensuite, il y a eu l’épisode du surgénérateur de Malville * qui a soulevé beaucoup de questionnement, mais nous étions présents avec beaucoup d’enthousiasme.»

1973, premier choc pétrolier : « Nos spécialistes du gouvernement et d’EDF disaient que c’était une catastrophe et projetaient de faire un plan nucléaire de 200 réacteurs pour assurer l’indépendance énergétique. N’importe qui en bonne santé mentale aurait dit que cela n’était pas possible. En réalité, ce n’était pas des malades mentaux, c’était des gens qui travestissaient la vérité pour faire passer quelque chose d’énorme ».
« Après un moment de calme, Edf relance le débat plus tard avec un projet d’implantation au Pellerin et plus tard ici au Carnet.  Il y a eu une grosse mobilisation, le groupement foncier du Pellerin a gelé les terres, il y a eu des manifestations importantes, ce n’était pas gagné, mais cela a bien ralenti la progression du dossier. Sur le Carnet, cela a été aussi un peu difficile, mais, le mouvement que l’on commémore aujourd’hui (La chaîne humaine) a directement provoqué la décision de Lionel Jospin (premier ministre de l’époque) d’abandonner le projet ».

L’image forte qu’il vous reste ? : « Le souvenir d’une grande fête pacifique, c’est une de mes grandes satisfactions, contrairement à beaucoup de rassemblements anti nucléaires qui ont été un peu violents comme à PLogoff * où ce fut un peu limite, mais, c’était aussi un peu la faute des CRS et du gouvernement ».
Ici, on avait prévenu le préfet que ce serait une fête familiale et pacifique, cela leur a interdit d’engager toute action violente contre nous. Ici, c’est le souvenir d’une victoire qui donne toujours chaud au cœur, car il est vrai que dans tous les combats sur l’écologie, que ce soit en agriculture ou dans d’autres secteurs, on n'a pas toujours gagné et on verra, par exemple pour l’aéroport. Mais quand on obtient une victoire de cette importance, cela laisse des bons souvenirs et fait jurisprudence… La voix des gens a porté pour une fois
».
Quel est votre regard sur ce site où trône aujourd’hui l’éolienne d’Alstom ? : « J’ai été favorable à toutes les énergies alternatives y compris les grandes éoliennes. Lorsque j’étais élu, j’avais fait paraître des articles indiquant que Saint-Nazaire forte de son expérience sur la métallurgie, l’aéronautique et la construction mécanique était une zone rêvée pour fabriquer de l’éolien. Je suis très favorable à ce type de développement, avec une petite réserve : faire attention à ne pas tomber dans le gigantisme avec ces machines de 150 mètres de hauteur ».
 

* Revoir :
 www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAA7701118901/creys-malville.fr.html

www.dailymotion.com/video/xc5chu_plogoff-antinucleaire-cine-super-8_webcam

Pratique :

www.natur-action.fr

 

Auteur : JRC | 13/05/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Guérande va faire honneur à la duchesse »
Article suivant : « La Région pour l’égalité entre Ligériens »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter